Travail et télétravail: la SNCB teste l’abonnement flexible

Chaque fois que le voyageur prendra le train, il sélectionnera en amont le jour qui sera ensuite scanné par l’accompagnateur de train via un QR code.
Chaque fois que le voyageur prendra le train, il sélectionnera en amont le jour qui sera ensuite scanné par l’accompagnateur de train via un QR code. - Le Soir.

La crise sanitaire a imposé le télétravail dans les entreprises et les services publics. A tel point qu’un retour à la situation antérieure à la pandémie semble impossible. La SNCB a donc décidé de s’adapter à cette nouvelle réalité du travail, en planchant sur l’idée d’un abonnement flexible à destination des navetteurs. Une expérience pilote a ainsi démarré ce 1er juillet, au sein du Service Public Fédéral Stratégie et Appui (SPF Bosa). Quelques centaines de fonctionnaires fédéraux se rendant au travail en train (mais pas ceux cumulant ce mode de transport avec le tram, le métro ou le bus), y participent.

Cet abonnement permettra à l’usager de voyager entre deux gares déterminées (celle proche de son domicile et celle proche de son lieu de travail) 80 ou 120 jours sur une période de douze mois ou 6 à 10 jours par mois. « L’abonnement sera disponible via l’application SNCB et sera simple d’utilisation : chaque fois que le voyageur prendra le train, il sélectionnera en amont le jour qui sera ensuite scanné par l’accompagnateur de train via un QR code », précise la SNCB. Cet abonnement pourra en outre être cumulé avec une indemnité vélo.

Des employeurs privés aussi

« En proposant cette nouvelle formule d’abonnement de train plus flexible à ses fonctionnaires, le SPF Bosa répond aux nouvelles réalités de notre société et aux nouvelles façons de travailler et de télétravailler, insiste la ministre fédérale de la Fonction publique, Petra De Sutter (Groen). Une démarche qui favorise une mobilité plus efficiente et multimodale. Une démarche qu’il faut saluer. On peut imaginer que, si ce projet-pilote est concluant, d’autres SPF pourraient emboîter le pas du SPF Bosa. » D’autres grands employeurs privés participent également à l’expérience.

De son côté, Georges Gilkinet (Ecolo), ministre fédéral de la Mobilité, insiste sur le fait que cet abonnement flexible répond à une demande des employeurs et des navetteurs. Il « permettra aux fonctionnaires effectuant régulièrement du télétravail de bénéficier d’une formule adaptée à leurs besoins ».

L’expérience qui vient de débuter se poursuivra jusqu’en décembre et sera évaluée. « Si les retours sont positifs, annonce la SNCB, le produit devrait ensuite être déployé au début de l’année 2022 tant pour les particuliers que pour les entreprises et institutions de tous les secteurs publics et privés ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous