Accueil Sports Cyclisme Tour de France

O’Connor s’impose en solitaire, Pogacar consolide son maillot jaune: ce qu’il faut retenir de la 9e étape du Tour de France

Le coureur australien Ben O’Connor a réalisé un grand numéro ce dimanche pour s’imposer en solitaire, avec plus de 5 minutes d’avance sur ses poursuivants, à Tignes.

Temps de lecture: 3 min

Le second volet alpestre envoyait le peloton en direction de Tignes, un juste retour des choses pour la station savoyarde qui s’était vue privée de son arrivée en 2019 à la suite d’une coulée de boue à la sortie de Val d'Isère. Au départ de Cluses, une journée courte dans la distance mais comportant les ascensions du Col des Saisies, du redoutable Col du Pré et du Cormet de Roselend avant la longue, la plus longue de ce Tour, montée vers Tignes.

Un menu qui ne concernait plus deux non-partants de renom : Primoz Roglic, diminué et souffrant depuis sa chute, et Mathieu van der Poel, désireux de privilégier le mountain bike et son rendez-vous olympique.

D’une large offensive initiale, Poels se dégageait pour passer en tête au Col des Saisies devant Quintana, visiblement dans d’excellentes dispositions, rejoint ensuite par Woods, Higuita, Hamilton et O’Connor.

Alors que Van Aert renonçait à suivre au sein du groupe des favoris, Quintana et Higuita franchissaient le col du Pré flanqué du seul O’Connor, maillot jaune virtuel à ce moment de la course. Souffrant du froid dans la descente vers Bourg-Saint-Maurice, l’Australien devait laisser filer le duo colombien mais recollait avant d’aborder l’ascension finale.

Dès le pied, c’est Quintana qui lâchait prise, sans doute victime d’une fringale, Higuita coinçant quelques encablures plus loin. Au sein du groupe maillot jaune, Pogacar recevait le soutien des maillots Ineos, jusqu’à l’attaque de Carapaz. Le Slovène contrait et laissait ses derniers adversaires du jour sur place.

À Tignes, O’Connor décrochait victoire de prestige, d’autant plus éclatante qu’il reléguait son poursuivant immédiat, Cattaneo à plus de cinq minutes. Au prix de son accélération finale, Pogacar en profitait, lui, pour augmenter encore un peu son avance au classement général.

Si le premier jour de repos sera accueilli avec soulagement, les écarts déjà creusés devraient entraîner des changements de plan dans bien des équipes.

L’homme du jour

À 25 ans, Ben O’Connor n’était certes pas inconnu mais il vient de se faire un nom dans l’histoire du Tour et dans celle du cyclisme australien. Un succès au sommet qui lui ouvre également de jolies perspectives pour la suite de ce Tour, désormais 2e du classement général avec une certaine marge sur ses poursuivants.

L’équipe du jour

AG2R-Citroën s’offre le premier succès d’une équipe française sur le Tour. Un bouquet acquis avec la manière pour la formation de Vincent Lavenu qui a retrouvé d’autres atouts et d’autres objectifs après le départ de Romain Bardet.

Le Belge du jour

Si Jasper Stuyven est le premier Belge sur la ligne, c’est Dylan Teuns qui effectue la bonne opération au classement général, pointant désormais au 14e rang.

Les malchanceux du jour

Plus malheureux encore que ceux qui ont abandonné, sept coureurs sont arrivés à Tignes en dehors des délais impartis (37 min20), et sont donc éliminés : Bryan Coquard, Arnaud Démare, Stefan De Bod, Jacopo Guarnieri, Anthony Delaplace, Nicholas Dlamini et Loïc Vliegen.

Le Hervien de la formation Wanty rêvait sans doute d’une autre issue pour sa découverte du Tour.

Les chiffres du jour

22,8. La vitesse moyenne de Ben O’Connor pour l’escalade de Tignes, en l’occurrence 21 kilomètres à 5,6 % de moyenne. Au vu des conditions climatiques et des efforts fournis auparavant, la performance n’en est que plus appréciable.

L’image du jour

PHOTONEWS_10932125-094
Photo News

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Tour de France

Binche et le Tour de France: l’histoire d’amour est désormais sérieuse

Comme pressenti depuis plusieurs semaines, Binche sera la ville départ, le jeudi 7 juillet 2022, de la 6e étape du prochain Tour de France. Amaury Sport Organisation (ASO), société qui gère la Grande Boucle, l’a annoncé jeudi au Palais des Congrès de Paris lors de la présentation de la 109e édition du principal rendez-vous cycliste de la saison.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir