Accueil Monde Union européenne

En Slovénie, une presse mise sous fortes tensions

Le gouvernement slovène a convié la presse à Ljubljana pour le début de sa présidence du Conseil de l’UE, dans un contexte plus que tendu avec les médias du pays.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Le voyage de presse de la présidence slovène du Conseil de l’UE commence à l’auberge du château de Ljubljana, « Gostilna na Gradu », perchée au sommet de la colline du centre-ville, que l’on rejoint avec des voiturettes de golf, sans trop savoir si elles tiendront la distance. Outre le fait de voyager avec une cinquantaine de médias et les 27 membres de la Commission européenne en pleine pandémie, un certaine appréhension règne puisque la presse du pays dénonce depuis plusieurs mois les attaques à sa liberté depuis l’arrivée au pouvoir de Janez Janša, le conservateur du SDS, en mars 2020.

A cette époque, il s’est fendu d’un texte intitulé « la guerre avec les médias », qui explique qu’un seul homme (lui) ne peut pas mener une guerre contre les médias « de la même manière qu’il ne peut pas y avoir une guerre entre une personne et une armée ». Il vise plutôt un « monopole des mensonges ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, lundi 5 juillet 2021, 20:15

    Oscar Pascal, votre glorification de la France est un peu courte. On vous inviterait d'ailleurs bien à lire un commentaire récent de Vincent de Coorebyter sur la laïcité à la française bien plus fine et libérale que ce que certains se plaisent à caricaturer. Pour le reste, la presse française justement est encore dix fois plus manipulée que la presse belge. Les grands titres français appartiennent à des intérêts privés qui n'ont rien de neutre et encore moins indépendant. Il ne faut pas se limiter à regarder qui subventionne la presse, il faut regarder les actionnaires et la publicité. Deux sources de remises en cause potentielles de l'indépendance de la presse. Ne jetons pas ici l'opprobre sur l'un des plus beaux métiers du monde, un pouvoir essentiel en démocratie. Mais oui, l'é-lecteur doit rester vigilant et recouper l'info, toujours.

  • Posté par Surmont Willy, lundi 5 juillet 2021, 10:57

    La presse est parfois le seul contrepouvoir permettant de révéler l'indignation du citoyen devant des nominations indignes et contre nature! Les articles et la nuée de lecteurs outrés par cette nomination (on aura reconnu le cas de Mme Haouach) en est la meilleure preuve! Encore faut-il que le pouvoir puisse en tenir compte, lui qui a été élu par ce même citoyen! Sans la presse, s'il faut à chaque fois attendre le choix des urnes pour réagir à ces abus, notre démocratie n'existerait plus! Voyez en Pologne, en Hongrie et en Slovénie des exemples type où la presse dérange et où on tente de la museler!

  • Posté par Moriaux Raymond, dimanche 4 juillet 2021, 23:47

    Quand les uns sont indéfendables, on accuse les autres des mêmes maux. C'est un contre feu en forme d'aveu. Ou l'inverse...

  • Posté par Staquet Jean-Marie, dimanche 4 juillet 2021, 22:49

    C'est vrai que l'indépendance de la presse belge est légendaire. On voit sa hargne à enquêter sur l'entrisme islamiste, les abus en matière de traitement des données, etc. Aucun signe de servilité envers le pouvoir. Juste la tâche sans cesse remise sur le métier de "lutter contre le populisme". C'est extraordinaire. Un monde de différence.

  • Posté par Oscar Pascal , lundi 5 juillet 2021, 9:31

    Pas besoin de mettre de pressions sur les médias belges. Ce sont les portes paroles des gouvernements sur tous les sujets. Les politiques au pouvoir, et vu le nombre de gouvernements, ils sont quasi tous dans l'un ou l'autre, ils n'ont pas besoins de mettre de pression. Les médias sont des relaies, il y en a qui sont content. J'affirme qu'en France la nomination par exemple de Ihsane Haouach, bien se tenir, à l’Institut pour l’égalité hommes-femmes, la presse, et toute les presses, se serait déchainée surtout en connaissant le CV de cette dame, et tout aurait été publié, cela n'aurait pas été tenable 72h00. De toute façon, jamais des politiques français aurait commis une telle faute, quasi tout ce qu'elle soutient c'est dissous et même interdit en France ! Et le Conseil scientifique en France, comme il conseille le gouvernement, personne n'avait autorisation de s'épancher dans la presse, autrement cela aurait été viré immédiatement. Chez nous avant que les rapports ne soient remis au gouvernement, la presse relayait immédiatement les tweet et autres injonctions du Gems ! Population vous êtes responsables, vous êtes des enfants, c'est votre faute...Les politiques et les médias sont mal placé pour donner des leçons à la Slovénie que je connais. Pour les personnes qui n'en peuvent plus des diktats des ayatollahs, et autres intégristes islamistes, vert, là elles ont la paix. Par exemple, les personnes qui ont des scooters savent où elles pourront rouler…Tiens où sont les médias qui ont une analyse objectives sur les idioties de l'interdiction des scooters, la fermeture des centrales nucléaires pour les remplacer par des centrales à gaz, et pour les personnes qui ont peu de moyens, fini de se déplacer en voiture...

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs