Le CD&V déplore un débat polarisé autour de la piscine en plein air d’Anderlecht

Le CD&V déplore un débat polarisé autour de la piscine en plein air d’Anderlecht
Belga

Plusieurs mandataires CD&V ont exprimé lundi leur désapprobation à l’égard d’un tweet du député Hendrik Bogaert, au cours de la réunion du bureau du parti. Le message envoyé va à l’encontre de la manière respectueuse dont le parti veut communiquer, estiment-ils.

Jeudi, le « Flow » a ouvert ses portes à Anderlecht. Il s’agit du premier bassin de natation en plein air depuis une quarantaine d’années en région bruxelloise. L’initiative temporaire a toutefois soulevé la polémique : le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a dénoncé l’autorisation du port du burkini et des heures réservées aux femmes (en fait une heure, le samedi de 11 à 12 h).

M. Bogaert s’est également mêlé au débat. Il a lui aussi déploré ces heures réservées, estimant qu’il ne fallait rien concéder sous le prétexte que si l’on « donne un doigt, ils prennent un bras » et averti qu’« au cas où », il n’était pas question de couloirs réservés aux musulmans à la Côte belge.

« Nous ne sommes pas favorables à des heures de natation séparées sur la base de la croyance mais ce n’est pas non plus le but de cette heure séparée. Il est vraiment regrettable qu’une aussi belle initiative issue du monde associatif (enfin un bassin de natation en plein air pour la jeunesse bruxelloise) soit détournée dans un débat polarisé », a-t-on expliqué au CD&V.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous