L’industrie pharmaceutique belge continue d’investir dans la R&D pendant la pandémie

Le secteur pharmaceutique belge a enregistré des résultats positifs pour l’année écoulée. En effet, au cours de l’année marquée par la crise du coronavirus, pas moins de 13 millions d’euros ont été investis quotidiennement dans la recherche et le développement de nouveaux médicaments. Il s’agit d’une augmentation substantielle par rapport à 2019. En outre, l’emploi et les exportations ont augmenté de manière significative dans ce secteur. Pourtant, Caroline Ven, CEO de pharma.be (l’organisation coupole qui représente plus de 125 entreprises pharmaceutiques en Belgique), met en garde et insiste sur le fait que cela n’offre aucune garantie pour l’avenir. Elle dresse le bilan de l’année écoulée et partage sa vision du secteur pharmaceutique.
CAROLINE VEN, CEO DE PHARMA.BE : « LA RECHERCHE ET LE DÉVELOPPEMENT SONT ESSENTIELS POUR PERMETTRE À LA POPULATION BELGE DE CONTINUER À BÉNÉFICIER DES MEILLEURS SOINS DE SANTÉ »

Résilience et responsabilité

Caroline Ven se montre positive quant au rôle joué par le secteur pharmaceutique belge au cours de l’année écoulée : « Les entreprises pharmaceutiques ont démontré leur résilience pendant la crise sanitaire que nous traversons actuellement. Nous avons assisté à une accélération significative de la recherche et du développement, ce qui a permis de proposer de multiples possibilités de traitement en un temps record afin de lutter contre la pandémie de coronavirus. La volonté d’innovation, l’expertise et l’engagement sociétal du secteur biopharmaceutique ont réellement montré la valeur ajoutée de celui-ci durant cette crise. »

Des résultats qui se traduisent par des chiffres solides

« Cela se reflète également dans les chiffres », explique Caroline Ven. « L’année dernière, les membres de pharma.be ont investi 29,1% de plus dans la recherche et le développement qu’en 2019. Ainsi, le secteur belge des médicaments innovants a investi 13 millions d’euros par jour dans la recherche et le développement en 2020. Cela comporte de nombreux avantages pour les patients, mais profite également à l’économie. Par exemple, la Belgique se positionne à nouveau comme une plaque tournante essentielle pour les exportations de produits pharmaceutiques. C’est ainsi que nous avons pu réaliser une augmentation de 13,2% des exportations l’année dernière, grâce notamment à l’excellente infrastructure. »

CAROLINE VEN, CEO DE PHARMA.BE : « L’INNOVATION EST UN PUISSANT LEVIER POUR UN AVENIR SOUS LE SIGNE DE LA SANTÉ »

Le marché du travail prospère grâce au secteur biopharmaceutique

« Sur le marché du travail également, le secteur biopharmaceutique a tenu bon pendant la pandémie, puisque l’année dernière, le nombre de travailleurs dans les entreprises biopharmaceutiques belges a augmenté de plus de 5% pour atteindre près de 40.500 personnes. Ces chiffres montrent que nous nous en sortons extrêmement bien par rapport au reste de l’industrie manufacturière. En effet, le secteur manufacturier dans son ensemble a enregistré une baisse de 0,58% au cours de l’année écoulée et à ce jour, le secteur biopharmaceutique représente plus de 8,5% de l’emploi dans l’industrie manufacturière en Belgique. Qui plus est, chaque emploi dans le secteur engendre la création de plus de deux emplois supplémentaires ailleurs, ce qui fait qu’au total, le secteur est à l’origine de près de 130.000 emplois en Belgique. Bien que la plupart des travailleurs fassent partie de grandes entreprises biopharmaceutiques, il existe également de nombreuses microentreprises et petites entreprises. En 2019, 27% des travailleurs du secteur étaient employés par des petites ou moyennes entreprises ; cela équivaut à environ 11.000 travailleurs. En outre, il est intéressant de constater que les emplois créés sont non seulement destinés aux diplômés universitaires, mais que le secteur offre également des opportunités aux personnes moins qualifiées. »

Une vie en bonne santé pour tous les Belges

Caroline Ven conclut par sa vision du secteur et pose un regard sur l’avenir. « Les chiffres de 2020 semblent indiquer que le secteur pharmaceutique belge est solide. Mais ce n’est pas une garantie pour l’avenir », déclare la CEO de pharma.be. « Le secteur est l’un des plus dynamiques de l’économie belge. À une bonne année ne succède pas automatiquement une autre bonne année. En outre, la pharma valley belge est confrontée à une solide concurrence, maintenant que la compétitivité au sein de l’Union européenne devient de plus en plus tangible. La priorité du secteur est de poursuivre son objectif principal : une vie en bonne santé afin qu’elle soit la meilleure possible pour tous les Belges. Nous voulons faire de la Belgique le pays le plus sain pour grandir, vivre, travailler et vieillir. Pour y parvenir, la recherche et le développement sont des éléments essentiels pour faire en sorte que les innovations parviennent également aux patients en Belgique. C’est le seul moyen de garantir les meilleurs soins de santé à la population belge. »

https://pharma.be/fr/concentrer/ressources/publications/362-chiffres-pharma-2020.html

La Une Le fil info Partager
Aussi par pharma.be