Accueil Culture Musiques

Esinam: «ma musique est difficile à qualifier, et c’est tant mieux»

La Belgo-Ghanéenne de Bruxelles Esinam distille son soul jazz aérien au Brosella le 11 juillet et au Gent Jazz le 15. Belle occasion de la rencontrer.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 5 min

Esinam a toujours fait de la musique, et en particulier de la flûte traversière. Elle s’est beaucoup produite, sur les scènes de Belgique et d’Europe, avec sa voix, sa flûte, des percussions, des gadgets électroniques et sa machine à loops. Seule sur scène, elle montre son enthousiasme, son dynamisme, son plaisir d’être là face au public. Elle envoie son groove, ses « bonnes vibes », sa joie. Et le public est heureux. Pour le Brosella et le Gent Jazz, elle se produit en quartet, avec Martin Méreau à la batterie, Axel Gilain à la basse et Pablo Casella, un Brésilien qui vit à Gand, à la guitare. Avec eux, elle a aussi enregistré son premier album Shapes in twilights of infinity, qui sortira en septembre.

Qui êtes-vous, Esinam ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs