Cavendish domine les Belges à Valence: ce qu’il faut retenir de la 10e étape du Tour de France (vidéo)

Cavendish domine les Belges à Valence: ce qu’il faut retenir de la 10e étape du Tour de France (vidéo)
AFP

Au revoir la Savoie, en route pour le sud avec une arrivée dans la Drôme. Si la vallée du Rhône peut se révéler piégeuse, par ses vins certes, mais surtout par le vent favorable aux bordures, l’arrivée à Valence semblait destinée aux sprinters. Les abandons d’Ewan, Merlier, Démare ou Coquard, laissent davantage d’espace à d’autres candidats, dont un certain Wout Van Aert qui mise désormais sur les succès partiels.

Ewan et De Buyst ayant renoncé, la formation Lotto ne garde d’autre choix que d’attaquer, d’où ce démarrage d’entrée de Tosh Van der Sande, accompagné du Canadien Houle. Une entreprise louable pour ce duo qui abdiquait à 36 bornes de l’arrivée, alors que le peloton perdait déjà quelques unités dont Campenaerts et Pedersen.

Sous l’impulsion des Quick Step et des Bora, quelques tentatives de bordures avortaient mais le rythme effréné provoquait néanmoins des dégâts à l’arrière. Les équipiers de Cavendish prenaient la préparation du sprint à leur compte, sans partage.

Idéalement placé, Van Aert réussissait à se glisser dans la route du maillot vert et à la conserver. Dans le vent, le Champion de Belgique ne parvenait pas à remonter le Cav’ qui s’imposait sur la ligne d’une demi-roue devant Van Aert et Philipsen, à nouveau placé.

Une belle occasion de manquée pour les finisseurs belges alors que Cavendish l’emporte pour la 3e fois sur ce Tour, consolidant ainsi le maillot vert sur ses épaules.

Quant au maillot jaune, Tadej Pogacar a parfaitement digéré cette journée de transition avant le Mont Ventoux.

L’homme du jour

Comment ne pas remettre à l’honneur Mark Cavendish ? Après Fougères et Châteauroux, le natif de l’Ile de Man impose sa pointe de vitesse pour la 3e fois sur ce Tour, un sans-faute. Il comptabilise désormais 33 bouquets sur le Tour, à une longueur seulement du record d’Eddy Merckx. Il lui reste 3 voire 4 opportunités d’ici Paris.

L’équipe du jour

Deceuninck-Quick Step décroche déjà sa 4e victoire sur ce Tour. A Valence, les hommes de Patrick Lefevere ont dispensé une jolie leçon de cyclisme dans la dernière demi-heure de course. Assurer un tempo survolté avant de mettre en place un train Asgreen-Ballerini-Morkov pour amener Cavendish en position idéale. Et conclure.

Le Belge du jour

En retard de condition, Wout Van Aert ne peut briguer un classement général. Son choix de viser une étape se révèle d’autant plus judicieux qu’il peut s’imposer sur tous les terrains : au sprint, à l’attaque ou contre le chrono. Battu d’un rien par Cavendish, celui qui constitue désormais le principal atout de Jumbo-Visma se voulait satisfait de son sprint et de sa journée.

Le battu du jour

Jasper Philipsen a su convaincre ses adversaires et les suiveurs que sa pointe de vitesse est redoutable. S’il se révèle le plus régulier dans les sprints depuis le départ (deux fois 2e et deux fois 3e), le Limbourgeois ne retrouvera le sourire que lorsqu’il tiendra enfin un succès.

Les chiffres du jour

25. La Drôme et Valence, une terre de sprinters certes mais on se souviendra de l’exception initiale de 1996. Voici 25 ans, pour la première arrivée du Tour à Valence, Chepe Gonzalez avait levé les bras, devançant d’un rien ses compagnons d’échappée. Une victoire spéciale pour le petit Colombien de l’équipe Kelme, deux fois meilleur grimpeur du Giro.

L’image du jour

Belga

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous