Accueil Société

Coronavirus en Belgique: les contaminations en forte hausse, les hospitalisations continuent de baisser

545 personnes ont été contaminées chaque jour en moyenne (+66 % par rapport à la semaine précédente) et 257 personnes sont encore hospitalisées (-22 %), dont 102 aux soins intensifs.

Temps de lecture: 2 min

Entre le 27 juin et le 3 juillet, 545 personnes ont été contaminées en moyenne chaque jour, soit 66 % de plus que la semaine précédente, selon les derniers chiffres publiés mercredi matin par l’Institut de santé publique Sciensano. Durant la même période, 3,3 décès dus au virus ont été comptabilisés chaque jour selon Sciensano, soit une baisse hebdomadaire de 18 %.

Près de 62.400 tests en moyenne ont également été effectués quotidiennement – en hausse de 51 % par rapport à la période de comparaison précédente –, pour un taux de positivité qui reste stable à 1 %.

Mardi, 257 personnes atteintes du Covid-19 sont par ailleurs encore hospitalisées en Belgique (-22 %), dont 102 en soins intensifs.

Durant la semaine du 24 juin au 6 juillet, 16,4 patients atteints du coronavirus ont été admis en moyenne chaque jour à l’hôpital soit une baisse de 20 % par rapport à la semaine précédente.

Près de 80 % ont reçu leur première dose

L’incidence, qui renseigne le nombre de nouveaux cas pour 100.000 habitants, atteint 53,2 sur 14 jours. Le taux de reproduction du virus remonte de manière notable pour passer à 0,94. Lorsqu’il est inférieur à 1, cet indicateur signifie que l’épidémie tend à ralentir.

Depuis le début de la pandémie, 1,1 million de Belges ont été contaminés.

Près de 7,4 millions de personnes ont reçu au moins une dose du vaccin, soit 79,6 % des adultes.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Persenaire André, mercredi 7 juillet 2021, 12:36

    "Normal qu' il y ai plus de test [sic] et donc plus de cas positif [re sic] .. " : quelle drôle de manière de raisonner (même si elle est courante). Pourquoi s'escrimer à comparer l'évolution du numérateur (tests positifs) à celle du dénominateur (total des tests) alors qu'il suffit d'observer leur rapport (taux de positivité).§ En fait, dans le cas de la gestion actuelle (des tests) de la covid, l'augmentation du nombre de tests devrait se traduire par une (légère) baisse du taux de positivité. Pourquoi ? Parce que deux types de personnes sont testées : celles qui sont ou se sentent mal (et sont soupçonnées d'être contaminées par la covid) et celles qui se sentent bien (et qui voudraient voyager ou revenir de voyage). La première catégorie a vraisemblablement un taux de positivité plus élevé que la seconde (il est regrettable que les taux DÉSAGRÉGÉS de positivité soient si difficiles à trouver) mais le nombre de tests qui y sont pratiqués est beaucoup plus stable que le nombre de tests pratiqués dans la deuxième (les "voyageurs") qui est en forte croissance (effet vacances).§ La stabilité du taux de positivité en cas de hausse du nombre de tests n'est donc pas très rassurante.§ Attention, la remarque ci-dessus s'inverse si une nouvelle vague se produit : dans ce cas, le nombre de tests des "pas bien" augmentait tandis que le nombre de tests de "voyageurs" diminuerait.§ (Je devine que ce raisonnement va sembler inutilement compliqué (voire "tordu") aux yeux d'un certain nombre de commentateurs alors qu'il est (ou plutôt était) du niveau de la 5ème primaire).

  • Posté par Persenaire André, dimanche 11 juillet 2021, 21:34

    Merci, Monsieur Rambeaux.§ Ce qui est consternant, c'est l'amateurisme avec lequel certains chiffres sont publiés : intituler les _admissions_ à l’hôpital "incidence des hospitalisations" et le _nombre de personnes hospitalisées_ "prévalence des hospitalisations", c'est un bon moyen de ne pas être compris. Par ailleurs, utiliser (au moins) trois termes différents ("cas", "contaminations" et "infections") pour désigner la même variable ne simplifie pas les choses.

  • Posté par Rambeaux Paul, mercredi 7 juillet 2021, 23:19

    Monsieur Persenaire, vous me faites infiniment plaisir. Sur un autre fil (https://plus.lesoir.be/node/382735/comments?page=2), l'expert Pascal Mornard affirme d'un ton un peu méprisant que "Un gamin de 12 ans un peu futé pourrait corriger les déclarations de cet « expert » (Y. Van Laethem)". Et Monsieur Mornard, très sûr de son coup, ajoute : "L’augmentation du nombre de cas est parfaitement corrélées au nombre de tests supplémentaires. La situation est donc parfaitement stable". Or, comme vous le faites remarquer, il y a un phénomène d'"antisélection" entre les deux situations, due à l'apparition des tests pour cause de vacances, qui sont fait sur une population beaucoup moins sujette à la positivité. Le taux devrait donc diminuer. Le fait qu'il ne le fasse pas est, comme vous le dites, un mauvais signe.

  • Posté par Mourmaux Jean-François , mercredi 7 juillet 2021, 9:45

    Quant au nombre de commentaires stupides, il ne faiblit pas. ;-)

  • Posté par Fonder Daniel, mercredi 7 juillet 2021, 9:35

    Le titre correct méritait de signaler "détectées" ou "révélées par les tests", même si les excès liés au Football et à la fin de l'année scolaire peuvent être suspectées.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko