Besix construit la plus haute tour d’Afrique en Côte d’Ivoire (photo)

La Tour F.
La Tour F. - DR

A l’initiative du ministère ivoirien de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, et en partenariat avec PFO Africa, promoteur et concepteur du projet, le belge BESIX participe à la construction de la Tour F à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Il s’agira de la plus haute tour d’Afrique.

La Tour F est le deuxième projet associant PFO Africa et BESIX et réalisé pour le gouvernement ivoirien. Il s’ajoute à l’usine d’eau potable de La Mé, en cours de construction, l’une des plus grandes installations de ce type en Afrique de l’Ouest et qui produira 30 % des besoins en eau potable d’Abidjan. Les travaux menés par BESIX débutent en ce mois de juillet, avec le lancement des travaux de gros œuvre sur base des fondations existantes.

La Tour F, dont l’architecture a été conçue par Pierre Fakhoury, est située dans la commune du Plateau, au cœur d’Abidjan. Inscrite dans les plans d’urbanisme depuis 1970, la Tour F constitue la sixième tour de la Cité administrative de la ville.

La Tour F.
La Tour F. - DR

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pas de doute : la crise météorologique  est aussi une crise  sociale.

    Les quartiers ravagés par les inondations sont souvent les plus pauvres

  2. Marie-Charlotte Capron.

    Notre rencontre: Marie-Charlotte Capron a cocréé le «Tinder de l’immobilier»

  3. Philippe Lemmens (à gauche) et Nico Weymaere, respectivement administrateur et CEO de la nouvelle société télécom wallonne Unifiber.

    Unifiber, le coup d’accélérateur au déploiement de la fibre en Wallonie

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 500: les bracelets

    En juin dernier, aux Etats-Unis, il s’est passé un truc incroyable.

    Des bracelets de trois couleurs ont fleuri au poignet des gens. Des gens dans la rue, des gens au boulot lors du retour au présentiel, des gens à des fêtes, à des mariages, des concerts, des événements. On appelle ça « le code couleur Covid-19 » et il a été mis en place pour les personnes qui ne sont pas – ou plus – à l'aise avec les interactions physiques.

    Il y a le bracelet rouge, le plus radical, qui dit : « Hi ! I’m keeping my distances » (« Salut, je préfère garder mes distances »). Le jaune, sur ses gardes : « Okay with talking but not touching » (« On peut parler sans se toucher »). Et le vert, le plus cool de la bande, qui est totalement « Okay with hugs & high-fives » (« Ok pour les câlins et les tope-là »).

    La Chambre de commerce de Virginie – 650 entreprises, 500.000 employé.e.s – a classé temporellement ces trois...

    Lire la suite

  • Les inondations sont aussi un tsunami social

    Le constat est hélas assez banal : quand une situation de crise survient, les premières victimes sont souvent les plus pauvres. Ou les plus faibles. Ou les plus fragiles. Ou les plus isolés. Ou les moins instruits. Ou les moins informés. Le malheur s’ajoute alors au malheur.

    La règle vaut pour les inondations catastrophiques de la mi-juillet. Elle n’est pas absolue bien sûr : les statisticiens trouveront...

    Lire la suite