Accueil Société

Benoît Collin, un francophone à la tête de l’Inami: «Je suis un geek de la sécurité sociale»

Changement majeur à la tête de l’Inami : Jo De Cock, néerlandophone, administrateur général depuis un quart de siècle, cède les rênes de l’institution à son adjoint, le francophone Benoît Collin. Il entend bien imprimer sa marque, dans la continuité.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

Ce matin-là, dans les couloirs du tout nouveau bâtiment de l’Inami (l’Institut national d’assurance maladie-invalidité), Benoît Collin se prête au jeu des photographes, sous l’œil complice du personnel d’entretien. « Vous êtes une star maintenant Monsieur Collin », sourit une dame. Ils échangent quelques mots cordiaux. L’instantané pourrait rester au rang d’anecdote s’il n’en disait long sur la personnalité de celui qui vient de prendre la tête de l’institution : Benoît Collin est proche du personnel et accessible. A l’image ce qu’il préconise pour la sécurité sociale : tout aussi proche et accessible.

Pour dire vrai, ce travail a déjà été entamé sous Jo De Cock, administrateur général de l’Inami pendant 25 ans, parti à la retraite le 30 juin. Benoît Collin, 62 ans, rêve de continuité tout en imprimant sa marque. Le changement de profil devrait aider : l’ex-patron néerlandophone, proche du CD&V, cède la place à son adjoint, un Francophone, proche du PS.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs