Un consortium wallon choisi pour recycler les panneaux photovoltaïques en France

Les panneaux solaires fleurissent un peu partout en Europe ces dernières années. Leur durée de vie n'est cependant estimée qu'à 25 ans. L'Union européenne a donc souhaité encadrer la fin de vie attendue des premières installations. 

Solarcycle a vu le jour en 2012. Plusieurs acteurs se sont rassemblés au sein de ce projet soutenu par la Région wallonne: les Universités de Bruxelles et de Liège pour le raffinage et la purification des matériaux, Recma Groupe pour le regroupement et le démantèlement des panneaux et enfin le groupe Comet, pour le traitement et la valorisation.

Avec un taux de récupération de 86% des panneaux, au-delà du seuil européen de 85%, Solarcycle s'est forgé une petite réputation, en France notamment, où le consortium a traité depuis 2019 près de 50.000 panneaux usagés.

"Le gisement français de panneaux solaires est assez mature et la France dispose de volumes que nous ne rencontrons pas encore en Wallonie", précise un porte-parole du groupe Comet. 

"En attendant l'envol d'un gisement national", l'expérience hexagonale de Solarcycle lui a permis, à l'issue d'une procédure de marché public, d'être choisi, avec le groupe français Envie 2, pour constituer dès ce mois de juillet la filière de recyclage en France pour les trois prochaines années (prolongeables de deux ans), soit contribuer à traiter un gisement évalué à 20.000 tonnes à l'horizon 2026 (plus d'un million de panneaux de 18 kilos/pièce) .

La société Recma établie à Seraing se charge du démontage des panneaux, pièce par pièce, avant que son partenaire, Comet, ne prenne le relais sur ses sites de Châtelet pour une première opération de fragmentation et ensuite Obourg (Mons) où les différentes matières sont séparées en vue de leur valorisation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous