Accueil Belgique Politique

Séparation Eglise-Etat: Alexander De Croo rappelle Ihsane Haouach à l’ordre

Le Premier ministre ne laisse « pas de marge pour de nouveaux incidents », ni de place pour le relativisme en matière de séparation entre l’Eglise et l’Etat. La commissaire de gouvernement a fait savoir qu’elle ne fera plus de déclarations publiques.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La Commissaire du gouvernement doit exercer son rôle sans alimenter le moindre préjugé ou stéréotype, dans un sens ou un autre. L’intégrité est primordiale et l’impartialité en est un élément essentiel. Le gouvernement n’acceptera pas que l’impartialité soit bafouée. Le passage connu ce week-end ne peut être répété. Il n’y a pas de marge pour un autre incident et une autre controverse dans ce domaine. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

109 Commentaires

  • Posté par Racham John, vendredi 9 juillet 2021, 17:36

    Plus simple : https://www.facebook.com/dbacquelaine/videos/541434827302391/

  • Posté par Racham John, vendredi 9 juillet 2021, 17:17

    Et tout cela pour 1. un D. Bacquelaine à la chambre (une chambre bien vide)( cf https://twitter.com/hashtag/begov?src=hashtag_click) qui exprime gentiment ses fortes inquiétudes concernant l’attitude de Mme I. Haouach et demandant un rappel à l’ordre de la commissaire 2. une SE qui prend acte des dénégations exprimées par Mme I. Haouach 3. et un PM a peine agacé … Bref un simple pschitt

  • Posté par Vynckier Albert, vendredi 9 juillet 2021, 16:45

    D'un point de vue progressiste, dans la tête d'un Européen bon teint, c'est incompréhensible. Madame Haouach, avait fait le plus dur: diplômée et de bonne extraction sociale, un avenir radieux s'annonçait à elle. Voilà qu'un voile vient tout mettre par terre. Le pouvoir de l'invisible, de ces forces invisibles qui nous structurent et donnent du sens à nos vies...Une cure psychanalytique s'impose, une cure ou le dévouement total à ses convictions au prix du bonheur et de la légèreté.

  • Posté par Andre Georges-marc, vendredi 9 juillet 2021, 15:42

    Si nous ne réagissons pas fermement maintenant, nous nous ferons "bouffer" par ces immigrants que nous souhaitons respecter parce que nous connaissons, pour la plupart d'entre eux, les conditions qui ont dicté leur exil (je ne parle évidemment pas de cette ultra-favorisée de Ihsane Haouach, fille de diplomate installée en Belgique dans le meilleur des contextes et formée dans nos universités). Jusqu'à preuve du contraire, en démocratie, on respecte la majorité et l'islam (divisé en son sein) ne fait pas, loin de là, la majorité. La Belgique, pays de cocagne, finance les représentants des cultes reconnus, y compris depuis 1974 l'islam. Sans vouloir faire de polémique, il serait grandement temps de revoir cela, surtout en ce qui concerne l'islam qui, c'est une évidence, n'existe pas vraiment car il est divisé en divers courants (le sunnisme, le chiisme duodécimain, l'Azerbaïdjan, le zaïdisme et l’ibadisme), des religions distinctes qui s'entretuent et dans lesquelles le plus infime des imams est habilité à lancer des chariats, religions dans lesquelles il n'existe aucune structure (pas de Pape, de Cardinaux, d'Evêques, de Chanoines). Pourquoi devons-nous, à travers nos impôts, financer les représentants de ces mouvances religieuses aussi peu structurées, aussi insidieuses et porteuses pour certaines de mouvements terroristes. Merci à Ihsane Haouach de nous avoir permis de dénoncer une telle faute de notre démocratie à corriger d'autant plus rapidement que tous ces imams actuellement rémunérés par la Belgique touchent également de gros montants de la Turquie, du Maroc, de l'Arabie Saoudite et d'autres pays relevant de leurs obédiences.

  • Posté par Andre Georges-marc, vendredi 9 juillet 2021, 15:40

    Si nous ne réagissons pas fermement maintenant, nous nous ferons "bouffer" par ces immigrants que nous souhaitons respecter parce que nous connaissons, pour la plupart d'entre eux, les conditions qui ont dicté leur exil (je ne parle évidemment pas de cette ultra-favorisée de Ihsane Haouach, fille de diplomate installée en Belgique dans le meilleur des contextes et formée dans nos universités). Jusqu'à preuve du contraire, en démocratie, on respecte la majorité et l'islam (divisé en son sein) ne fait pas, loin de là, la majorité. La Belgique, pays de cocagne, finance les représentants des cultes reconnus, y compris depuis 1974 l'islam. Sans vouloir faire de polémique, il serait grandement temps de revoir cela, surtout en ce qui concerne l'islam qui, c'est une évidence, n'existe pas vraiment car il est divisé en divers courants (le sunnisme, le chiisme duodécimain, l'Azerbaïdjan, le zaïdisme et l’ibadisme), des religions distinctes qui s'entretuent et dans lesquelles le plus infime des imams est habilité à lancer des chariats, religions dans lesquelles il n'existe aucune structure (pas de Pape, de Cardinaux, d'Evêques, de Chanoines). Pourquoi devons-nous, à travers nos impôts, financer les représentants de ces mouvances religieuses aussi peu structurées, aussi insidieuses et porteuses pour certaines de mouvements terroristes. Merci à Ihsane Haouach de nous avoir permis de dénoncer une telle faute de notre démocratie à corriger d'autant plus rapidement que tous ces imams actuellement rémunérés par la Belgique touchent également de gros montants de la Turquie, du Maroc, de l'Arabie Saoudite et d'autres pays relevant de leurs obédiences.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs