Accueil Sports Football Football à l'étranger Euro 2020

Bonucci avant la finale de l’Euro: «On va jouer chez eux à Wembley, mais cela ne nous effraie pas»

L’expérimenté défenseur de l’Italie ne craint pas de devoir affronter l’Angleterre sur ses terres et prédit un beau spectacle dimanche soir.

Temps de lecture: 2 min

Jouer la finale de l’Euro contre l’Angleterre dans son antre de Wembley, dimanche soir, « n’effraie pas » l’Italie, a assuré vendredi son défenseur Leonardo Bonucci.

« On va jouer chez eux, mais cela ne nous effraie pas », a lancé « Leo », 34 ans, dernier rescapé, avec son compère de la défense Giorgio Chiellini, de la finale de l’Euro 2012 perdue contre l’Espagne (0-4).

L’expérimenté défenseur de la Juventus assure ne pas redouter un contexte favorable aux Anglais : « Ce qui va se passer pendant le match, ce sera le meilleur spectacle pour le football européen et mondial, de la part de l’Angleterre, de l’Italie et du corps arbitral », a-t-il souligné lors d’une conférence de presse en ligne depuis Florence, où se préparent les Azzurri.

Pour ce match qui opposera les « vieux » défenseurs italiens aux « jeunes » attaquants anglais, comme il a résumé l’opposition dans un sourire, il réclame « une grande attention » à ses partenaires, notamment face à la vitesse des ailiers et des attaquants des « Three Lions ».

« Harry Kane ? On ne le découvre pas aujourd’hui, c’est l’un des meilleurs au monde. Lors des trois derniers matches, on a eu la chance d’avoir rencontré trois des meilleurs attaquants du monde (Romelu Lukaku, Alvaro Morata, Kane, ndlr.), c’est juste une motivation en plus », a-t-il souligné.

« On n’a aucune excuse, pas de fatigue, rien. On sera prêts à livrer bataille », a-t-il aussi répliqué au journaliste qui lui rappelait que l’Italie, en 2012, était arrivée épuisée et à bout de souffle en finale contre l’Espagne.

Pour Bonucci, le bon parcours cette année de l’Italie s’explique notamment par l’année supplémentaire de reconstruction, après le report de l’Euro l’an dernier à cause de la pandémie de Covid-19.

« Cela nous a aidé l’année en plus, les jeunes comme les plus anciens. Pendant cette année, on a gagné en expérience et en enthousiasme, ce qui nous permet d’être là aujourd’hui, à croire à quelque chose qui il y a trois ans semblait utopique », a-t-il estimé, en rappelant le Mondial 2018 raté par la Nazionale, éliminée aux barrages de qualifications.

L’Italie disputera dimanche sa quatrième finale d’un Championnat d’Europe, une compétition qu’elle n’a remportée qu’une fois, en 1968.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une