Coronavirus: de nouvelles restrictions aux Pays-Bas

Coronavirus: de nouvelles restrictions aux Pays-Bas

Ce vendredi soir, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et le ministre de la Santé, Hugo de Jonge, ont tenu une conférence de presse au sujet des chiffres du Covid-19, en forte hausse ces derniers jours.

« En partie à cause de la variante delta, le taux d’infection augmente très rapidement. Le nombre d’infections a été multiplié par sept en une semaine », a déclaré M. Rutte. « Nous renforçons les mesures de manière aussi précise que possible. Ce n’est pas drôle, mais c’est nécessaire ».

Il a également rappelé la responsabilité de chaque individu. « Pour ralentir le virus, il ne suffit pas de renforcer les mesures. Soyez attentifs également à votre propre environnement. Je comprends que les gens organisent des rassemblements, des fêtes et des barbecues. C’est bien, mais faites-le de manière raisonnable et assumez vos responsabilités. Gardez les fêtes petites et gérables ».

Horeca

Parmi les mesures que le Premier ministre a annoncées, il y a notamment la fermeture du secteur de l’horeca entre minuit et six heures du matin. Les discothèques et boîtes de nuit doivent fermer leurs portes complètement. Pour l’industrie hôtelière, les sièges seront fixes et une distance de sécurité d’un mètre et demi sera également d’application.

Evénementiel

Les divertissements, tels que les spectacles en direct et les écrans pour les événements sportifs, sont interdits. Un siège fixe et une distance de 1,5 mètre sont également requis lors d’événements et pour le public lors de manifestations culturelles ou d’événements sportifs professionnels. Même les événements de plusieurs jours ne sont pas autorisés à se poursuivre avant au moins le 14 août.

M. Rutte a également balayé les critiques selon lesquelles le gouvernement néerlandais aurait lâché les rênes trop rapidement. « Il était logique de prendre cette décision. À l’époque, nous tenions déjà compte d’une augmentation des infections. Mais il apparaît aujourd’hui qu’elle va plus vite que ce que les modèles indiquaient à l’époque », conclut-il. Le ministre de la santé Hugo De Jonghe maintient également que la décision d’abandonner la plupart des mesures à la fin du mois de juin était « logique et responsable » à l’époque.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous