Un nouveau CEO pour Liege Airport

Un nouveau CEO pour Liege Airport
Belga.

Depuis février et le licenciement pour faute grave de Luc Partoune, l’emblématique patron de l’aéroport de Liège pendant 25 ans (qui conteste la faute grave), Liege Airport a entamé une procédure de recrutement d’un nouveau CEO. L’aéroport était dirigé par son numéro 2, le directeur adjoint, Frédéric Jacquet, par ailleurs candidat au poste de numéro 1. Avec son passé de chef de cabinet du ministre libéral des aéroports, Jean-Luc Crucke, comme carte à jouer. Mais il n’était pas le seul. Le chasseur de têtes avait réuni une short list de candidats parmi lesquels il fallait choisir.

Le Conseil d’administration de l’aéroport liégeois vient de trancher mais ne veut pas confirmer son nom afin de lui laisser quelque temps envers ses précédents engagements. Et ce n’est pas la carte politique, au-delà des compétences, qui a été prédominante. Il devrait s’agir du Français Christophe Bernardini, ingénieur aéronautique de formation complété d’un MBA d’HEC Paris, depuis 2019, il est partenaire dans un groupe d’investissement (HLD) où il s’occupe principalement d’aéronautique et de défense.

Auparavant, il a occupé différentes fonctions dans le secteur aérien, notamment dans des compagnies aériennes et chez Zodiac Aerospace, devenue une filiale du Groupe Safran. C’est aussi un ancien du Groupe français TAT qui a repris l’activité de maintenance des avions de la Sabena, après la faillite, sous le nom Sabena Technics, et dont la filiale belge a repris son indépendance en 2014 (aujourd’hui Sabena Aerospace) sous la direction de Stéphane Burton, vice-président de l’aéroport liégeois et administrateur de celui de Charleroi. Difficile de ne pas y voir un lien.

Le nouveau CEO prendra ses fonctions en septembre et, en attendant, Frédéric Jacquet, poursuivra l’intérim. Il arrive dans un aéroport dont l’activité dans le transport et la gestion du transport aérien de marchandises est en croissance et que la crise du covid semble encore avoir conforté. Il devra gérer l’arrivée de Cainiao la filiale logistique du géant chinois Alibaba.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous