Accueil Société

Colère dans le secteur de la récupération des déchets électriques

Tous les trois ans, Récupel attribue par province les marchés de récupération des déchets électriques et électroniques (DEEE). En Luxembourg, une entreprise d’économie sociale a été devancée au profit d’un nouvel acteur non agréé et vierge en matière de réparation de ces objets.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 4 min

Le marché de récupération des déchets ou objets de seconde main attise de plus en plus de convoitise. Des sociétés commerciales qui n’étaient pas du tout intéressées par le sujet s’y intéressent désormais de plus en plus, au détriment de l’économie sociale, à l’image de Cora pour le secteur des habits de seconde main ou de la société BD myshopi pour les déchets électriques et électroniques (DEEE).

Pour ces derniers objets, le logisticien basé à Bornem, qui est notamment distributeur de toutes-boîtes, vient de remporter pour 3 ans un appel d’offres en province de Luxembourg, marché lancé par Récupel, l’organisme de gestion de la récupération des DEEE dans l’ensemble des provinces wallonnes. Ces 9 dernières années, c’était l’entreprise d’économie sociale Retrival, basée à Charleroi, qui avait cette collecte en charge.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs