Rapport sur Ihsane Haouach: Alexander De Croo et Sarah Schlitz tenus à la confidentialité

Rapport sur Ihsane Haouach: Alexander De Croo et Sarah Schlitz tenus à la confidentialité
BENOIT DOPPAGNE -BELGA

Le Premier ministre libéral, Alexander De Croo et la secrétaire d’Etat à l’Egalité des chances, Sarah Schlitz (Ecolo), qui a nommé Ihsane Haouach, se sont expliqués ce lundi matin en commission de la Santé de la Chambre sur la désignation d’Ihsane Haouach au poste de commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes. Unanimement, les différents groupes politiques du Parlement ont demandé un peu plus tôt en séance d’entendre le Premier ministre et la secrétaire d’Etat.

Sarah Schlitz et Alexander De Croo ont confirmé que, juste après la séance plénière de ce jeudi, vers 15 h 15, le Premier ministre a échangé avec le chef de la Sûreté, qui lui a détaillé les informations de la note. A 16 h 15, il a pris l’initiative, avec Vincent Van Quickenborne (Open VLD), ministre de la Justice, d’en discuter avec Sarah Schlitz, comme nous l’écrivions ce week-end.

Le Premier ministre et Sarah Schlitz ont chacun précisé ne pas pouvoir discuter du contenu du rapport, vu le caractère classifié de la note. « Sur la base de l’article 8 de la loi du 11 décembre 1998, je ne peux pas me prononcer et parler du contenu de cette note. Je pense que vous serez tous conscients du fait que les informations ne peuvent pas être partagées avec les gens qui n’ont pas les habilitations requises », a indiqué Alexander De Croo.

Alors qu’en séance plénière, le Premier ministre avait souligné qu’il n’y avait « pas de place pour une nouvelle controverse », sur base de l’échange entre les trois membres du gouvernement fédéral jeudi en fin de journée, il a été décidé de prendre contact avec Ihsane Haouach.

Après la séance plénière, Ihsane Haouach avait, de son côté, décidé de sa démission, a expliqué Sarah Schlitz, qui a reçu formellement sa lettre de démission vendredi, suite aux attaques personnelles rendant impossible l’exercice de sa fonction. La secrétaire d’Etat a appelé à la « prudence », et souhaité que cet acte mette « sereinement fin au débat ».

Au centre de ces discussions, le rapport de la Sûreté de l’Etat, dont nous révélions l’existence vendredi soir et qui commence à dévoiler ses mystères. Précisons qu’à ce stade, le rapport n’est pas rendu public, en raison de son statut « classifié » à la Sûreté de l’Etat. Mais selon plusieurs sources, côté politique et dans le renseignement, le rapport indique qu’à la connaissance des enquêteurs, Ihsane Haouach n’est pas membre des Frères musulmans et qu’elle n’a pas attiré l’attention en raison de positions extrémistes.

Le rapport indique toutefois qu’Ihsane Haouach a eu des contacts avec des membres des Frères musulmans et que son entourage en a eu, mais précise qu’il est d’usage, pour les Frères musulmans, de ne pas se faire connaître des personnes qu’ils rencontrent. Le rapport laisse ouverte la question de savoir si Mme Haouach ignorait la qualité de membres des personnes avec qui elle a été en contact.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous