Un Tour de France «particulièrement dur» pour Julian Alaphilippe

Belga
Belga

Le champion du monde Julian Alaphilippe (Deceuninck) a jugé lundi que le Tour de France, marqué par de nombreux abandons, était cette année « particulièrement dur ».

« Je m’attends toujours à ce que le Tour représente trois semaines de souffrance, mais c’est particulièrement dur en 2021 », a déclaré le Français lors d’une conférence de presse organisée par l’équipe belge Deceuninck-Quick Step à l’occasion de la seconde journée de repos.

Alors que 37 coureurs ont quitté la Grande Boucle lors des 15 premières étapes, Julian Alaphilippe y voit « un mélange de beaucoup de raisons ».

« La nouvelle génération est très forte et portée sur l’attaque. En plus, pendant la première semaine, Mathieu van der Poel roulait comme s’il allait rentrer à la maison le lendemain » (le Néerlandais s’est finalement effacé avant le départ de la 9e étape pour mieux préparer les Jeux olympiques).

Malgré ces deux premières semaines « éprouvantes », le porteur du maillot arc-en-ciel a répété n’avoir « aucun regret », lui qui a enlevé l’étape inaugurale de cette 108e Grande Boucle à Mûr-de-Bretagne.

« J’ai couru comme j’aime le faire, je me suis fait plaisir, et je suis très heureux d’avoir remporté la première étape et porté le maillot jaune. Tout ce qui est pris n’est plus à prendre », s’est-il félicité.

Interrogé sur sa stratégie pour les six dernières étapes, Alaphilippe a confié qu’il ne lui restait « plus beaucoup d’énergie » et que les possibilités de se porter à l’attaque en seraient limitées pour lui.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous