Accueil Monde Amériques

Donald Trump renforce son emprise sur les Républicains en vue de 2024

Le temps d’un week-end, à Dallas, les Républicains réunis en convention ont plébiscité l’ex-président, soutenu ses thèses conspirationnistes sur les « fraudes » supposées de l’élection 2020 et juré de le r amener à Washington. Sans évoquer les déboires judiciaires qui s’amoncellent à l’horizon.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 4 min

Les jours passent, 173 exactement depuis le départ de Donald Trump de la Maison-Blanche, et l’ancien président américain semble en passe de réussir un pari improbable : se maintenir sous le feu des projecteurs, malgré son éviction complète des réseaux sociaux.

Incapable de concéder sa défaite dans les urnes face à Joe Biden, refusant de se retirer de la scène politique, Donald Trump n’a qu’une obsession : reprendre ce qu’il considère lui appartenir, la présidence des Etats-Unis, en 2024, et faire payer tous ses détracteurs, jetant «  ennemis » démocrates et «  traîtres » républicains modérés dans le même panier.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Montana Tony , mardi 17 août 2021, 10:01

    Donald Trump est le président des États-Unis.

  • Posté par Roland Jean-Yves, mercredi 14 juillet 2021, 8:00

    Violences en augmentation dans les grandes villes, inflation record, dette au bord de l'explosion, fragmentation de la société à cause de la théorie critique de la race, perte d'influence face aux autres grandes puissances, en quelques mois seulement, Biden aura montré ses faiblesses et ses limites. En avant, Monsieur Trump !

  • Posté par Demaret , mardi 13 juillet 2021, 15:00

    Les déclarations agressives de Trump visent à diviser l'électorat américain en deux camps : les défenseurs de la démocratie (républicains et démocrates) et les putschistes décomplexés. Pauvre Amérique !

  • Posté par Van Ryn Charles-axel , mardi 13 juillet 2021, 9:34

    La question de sa candidature en 2024 ne se pose évidemment plus, et celle de sa possible réélection quasiment non plus. Avec un GOP désormais aveuglément acquis à sa cause, avec des mi-terms en 2022 qui lui seront favorables, l'agent orange aura un boulevard devant lui et il dispose dès à présent de plus de 3 ans de campagne électorale permanente pour manipuler et hystériser davantage encore la masse de ses sympathisants fanatisés, dont la plupart se déclarent ouvertement prêts à mourir pour lui, leur gourou. Franchement on n'est pas loin de la secte... Autres arguments plaidant en sa faveur: de plus en plus d'Etats à majorité républicaine adoptent des mesures tendant à restreindre le droit de vote voire à le supprimer, notamment l'interdiction du vote par correspondance ainsi que des mesures contraignantes, toutes dispositions destinées viser en priorité l'électorat traditionnellement démocrate. Par ailleurs un autre facteur de nature à favoriser sa réélection proviendra du côté démocrate où l'on n'aperçoit pas qui pourrait , à l'instar de ce qu'a pu faire Biden en 2020, constituer une candidature "consensuelle" permettant de mobiliser la majorité du parti dans la diversité de ses tendances. On est très loin du compte actuellement... Quant aux affaires judiciaires auquel DJT est confronté, la lenteur des enquêtes et les nombreux recours dont il disposera ne constitueront pas un obstacle à sa candidature. Il en tirera même un profit électoral en jouant de la victimisation, argument très porteur auprès de ses affidés. Et donc l'Histoire retiendra que le pays de George Washington, de Thomas Jefferson, de Théodore Roosevelt et surtout d'Abraham Lincoln, sans oublier naturellement Franklin Roosevelt, aura pu par deux fois confier ses précieuses clefs du pouvoir à un individu dont le caractère psychopathe tendance paranoïaque le rend à l'évidence totalement inapte à exercer de telles fonctions et constitue indéniablement un facteur de profond désordre au niveau mondial. En 2016 on peut peut-être considérer qu'on pouvait encore lui laisser le bénéfice du doute, mais en 2024 plus aucun doute ne sera permis ! Et il y a tout lieu d'imaginer et donc de craindre que son second mandat sera "exercé " sur le thème de la vengeance et du règlement de comptes, et donc de la division encore plus profonde du peuple américain, exacerbant les pulsions racistes et xénophobes de la grande majorité de ses fidèles. Épouvantable perspective à l'évidence. Mais à Moscou et à Pékin leurs dirigeants tapis dans l'ombre n'en perdent pas une miette et doivent se réjouir du bel avenir qui est ainsi réservé cette grande démocratie en voie de destruction...

  • Posté par Montana Tony , mardi 17 août 2021, 10:00

    Le premier a exécuter se sera toi !!!! Pauvre imbécile de beau parleur

Plus de commentaires

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs