Accueil Culture

Les disques maudits: Bob Dylan, «Self Portrait»

Ils auraient dû devenir des classiques de la pop, mais les choses ne se sont pas passées comme prévu.

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 3 min

Q u’est-ce que c’est que cette merde ? » Les mots sont du fameux critique rock de Rolling Stone, Greil Marcus. Et ils traduisent le sentiment de bien des fans de Dylan qui, un an après Woodstock, attendaient le retour de leur Messie et la Bonne Parole qu’il ne pouvait manquer de leur chanter.

Depuis 1966, Dylan est reclus. Après l’accident de moto qui a failli lui coûter la vie, il s’est retranché dans la campagne au nord de New York, à Woodstock, précisément. Loin de la grande ville, loin des médias, loin de la scène et des fans. Après une première partie de décennie qui a créé sa légende, le Zim’ se terre et se tait, vie une vie de famille au calme, ne sortant en quatre ans que deux albums sous influence folk-country considérés comme une sorte de retour aux sources devant lui permettre de se remettre sur pied.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs