Accueil Culture Livres

Benoît Dubois (Adeb): «Il y a une façon de voir, de dire, de penser, de lire proprement belge»

Si le livre belge a été plutôt épargné par la crise du covid, le virus a exacerbé les points faibles du secteur. Pour Benoît Dubois, directeur de l’Association des éditeurs belges, un seul remède : emportez un livre belge dans votre valise !

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 7 min

Dans le paysage culturel belge, le livre est un poids lourd de près de 260 millions d’euros, où les bandes dessinées, les manuels scolaires et les ouvrages de sciences humaines pèsent 90 % de la production annuelle. Avec la crise du covid, l’Association des éditeurs belges (Adeb) a observé une forte hausse des ventes de titres jeunesse, des bandes dessinées, des mangas et des livres parascolaires. Mais cela n’a pas suffi à compenser les pertes subies à d’autres rayons comme ceux des beaux-arts, du tourisme ou de l’actualité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs