Inscription en première secondaire: de nouvelles places fleurissent en Région bruxelloise

Le nombre d’enfants non-inscrits en première secondaire retrouve son niveau d’antan.
Le nombre d’enfants non-inscrits en première secondaire retrouve son niveau d’antan. - Mathieu GOLINVAUX.

A grand renfort de mesures de la part du service des inscriptions et des établissements eux-mêmes, ajoutant ici et là quelques tables pour faire gonfler leur rang, le nombre d’enfants non-inscrits en première secondaire retrouve son niveau d’antan. Selon les derniers chiffres communiqués par la Commission inter-réseaux des inscriptions (Ciri), 870 élèves en Fédération Wallonie-Bruxelles étaient sans école à la date du 7 juillet, contre 901 l’an dernier. Deux mois auparavant, ils étaient plus de 2.000. Mais c’est en Région bruxelloise que la situation était particulièrement problématique.

En juin dernier, 913 élèves étaient en attente d’une école pour… 785 places libres. A l’issue de la première période d’inscription, le solde faisait même état d’un déficit de 416 unités ; une première en Fédération Wallonie-Bruxelles. « Après plusieurs semaines de tension importante, particulièrement à Bruxelles, le contexte est aujourd’hui globalement similaire aux années précédentes », analyse la Ciri. En effet, le nombre de places disponibles dans la capitale est désormais de 937 pour 625 demandes.

Une situation néanmoins problématique

Forte de son pouvoir d’injonction, la Ciri a réduit le nombre d’enfants sur liste d’attente en greffant une place supplémentaire dans 80 % des classes déclarées complètes. Par ailleurs, sur base de leur propre initiative, une soixantaine d’établissements ont créé quelques 1.385 places. La situation devrait encore s’améliorer dans les semaines à venir puisque de nouvelles places, voire classes, pourront être créées par les établissements et ce, jusqu’au 23 août. Sans compter que la Ciri pourra, à nouveau, utiliser sa capacité d’injonction en cas de situations « exceptionnelles ». « Nous avons bien conscience que cette situation reste néanmoins problématique et difficile à vivre pour l’ensemble des enfants et parents concernés par une position en liste d’attente en ce début des vacances d’été. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous