Accueil Société

Le coronavirus, une maladie nosocomiale comme les autres

Les structures de soin ont beau se barricader au maximum, le virus y pénètre. Selon un rapport de Sciensano, l’exposition nosocomiale concernait 13 % des patients hospitalisés dont les données étaient disponibles entre mi-mars et mi-juin. Un chiffre qui plaide en faveur de la vaccination du personnel soignant.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Le covid représente aussi une maladie nosocomiale, c’est-à-dire qu’il peut se contracter dans une structure de soin, alertait dans Le Soir de ce lundi l’immunologiste Michel Goldman (ULB). Le professeur émérite plaide dès lors pour la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé, comme l’impose la France.

En 2008, soit il y a très longtemps et bien avant la crise du covid, le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) estimait que les infections nosocomiales tuaient environ 2.600 personnes hospitalisées chaque année. Soit sept personnes par jour. Qu’il s’agisse de pneumonie, de septicémie (infection du sang), d’infections urinaire ou encore de grippe, les bactéries et virus qui traînent à l’hôpital ou dans toute autre structure de soin peuvent être fatals à des personnes dont la santé est par essence fragile.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par curto calogero, mardi 13 juillet 2021, 9:44

    Une bêtise, les patient admis pour un intervention banale, sont tester avant d'être admis à l'hôpital, vous raconter des choses pas juste.

  • Posté par STORDIAU Pierre, mardi 13 juillet 2021, 21:37

    @curto calogero ne lit JAMAIS ce à quoi il répond ... simplement parce qu’il est analphabète ! (En plus de ses fautes d'ortho ! Pardon).

  • Posté par Bartet Guy, mardi 13 juillet 2021, 11:06

    Vous n'avez pas tout lu. Voir dans le texte l'exemple d'un patient testé négatif à son admission et testé positif 5 jours plus tard. Donc oui ils sont testés mais cela n'empêche pas totalement la transmission au sein de l'hôpital.

  • Posté par Coppens Jean-pierre , mardi 13 juillet 2021, 9:35

    Le Covid est également devenu une maladie nosocomiale. Quel gâchis quand un cluster se déclare dans un service de chirurgie, à un tel point que ce service a dû être fermé. Des patients, déjà fort affaiblis par leurs problèmes de santé, ont contracté le Covid à l’hôpital. Certains ont dû être transférés aux Soins Intensifs. D’autres n’ont pas résisté et en sont décédés. Ces patients étaient venus, tous avec un test PCR négatifs ou déjà vaccinés, pour se faire opérer, dans l’espoir d’une vie meilleure. La première contamination était peut-être due à un visiteur. Mais que dire quand le Covid se transmet de malade à malade ? Le vecteur ne peut être qu’un membre du personnel. Il n’y a pas d’autre hypothèse. Alors oui, le vaccin pour le personnel des hôpitaux, maisons de repos et autres établissements de soins était un devoir. C’est maintenant une obligation en France, en Grèce… Et bientôt en Belgique ?

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 13 juillet 2021, 17:34

    Houlà! Madame Houbar! La sangria était forte cet après-midi! Vous vous sentez à votre tour une âme de complotiste à la petite semaine?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs