Accueil Culture Cinéma

Fanny Liatard et Jérémy Trouilh: «Nous voulions rendre hommage aux habitants de Gagarine»

Présenté à Gand, retenu dans la « Sélection officielle Cannes 2020 », « Gagarine » oppose le réalisme des cités à l’onirisme à travers une histoire touchante mais pas tout à fait aboutie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

C’est un duo à l’expérience riche et variée qui est à l’œuvre pour Gagarine, un premier long-métrage bourré de bonnes intentions. Formés ensemble à Science po, Fanny Liatard et Jérémy Trouilh accèdent au cinéma plus tard par les voyages, et des rencontres. Après Science po, Jérémy voyage en Inde, puis en Amérique du Sud, avant de postuler au Master de réalisation de documentaire de création de Lussas en Ardèche. Fanny, elle, part au Liban, puis travaille à Marseille sur des projets artistiques en lien avec les transformations urbaines des quartiers. Les deux complices se retrouvent ensuite à Paris avec une envie commune : écrire et réaliser des films de fiction.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs