Konrad s'impose à Saint-Gaudens, Pogacar passe une journée sans danger: ce qu'il faut retenir de la 16e étape du Tour de France

Konrad s'impose à Saint-Gaudens, Pogacar passe une journée sans danger: ce qu'il faut retenir de la 16e étape du Tour de France
Belga

De nombreuses formations donneraient cher pour un succès mais de la théorie du briefing à la réalité de la route... Partis chaudement couverts sous une météo peu engageante (3°C), les coureurs s'accordaient une pause pour ôter quelques couches avant d'attaquer les choses sérieuses. Asgreen s'en allait seul et jouait les éclaireurs jusque dans le Col de Port, rejoint par son équipier Cattaneo et Kwiatkowski. Un coup dans l'eau cependant.

Le trio suivant connaissait davantage de réussite, Bakelants emmenant avec lui Doubey et Juul-Jensen. Ce dernier lâchait prise mais Konrad sortait d'un groupe de contre pour prendre sa place numériquement. Le peloton manifestait clairement son manque d'intérêt pour le succès du jour. L'Autrichien se révélait d'ailleurs le plus costaud : dans l'ascension du Col de Portet-d'Aspet, Doubey puis Bakelants devaient le laisser filer. En poursuite, Gaudu et Colbrelli s'étaient certes dégagés mais ne parvenaient pas à boucher le trou. Au contraire, ils étaient repris par le reste des contre-attaquants.

Par maque d'organisation ou de jambes, ceux-là devaient s'avouer vaincus car Konrad lui n'hésitait pas, fonçant vers Saint-Gaudens sans se poser de questions. Après sa 2e place à Quillan, il offrait à Bora une deuxième bouquet, sur le même modèle que Politt à Nîmes : en mode guerrier et en solitaire !.

Dans son sillage Colbrelli et Matthews s'assuraient des points au classement du maillot vert, une consolation. Au peloton, Van Aert animait subitement les derniers kilomètres : en contrant un démarrage des Cofidis le Champion de Belgique provoquait une cassure et assurait seul le tempo jusqu'à 200 mètres de la ligne. Pogacar et ses rivaux accrochaient certes le bon wagon mais ne s'attendaient sans doute pas à cet épilogue mené tambour battant

L'homme du jour

Depuis ses débuts professionnels Patrick Konrad ne comptait que deux succès : deux titres de Champion d'Autriche. A 29 ans, il a donc vécu le point d'orgue de sa carrière, victorieux d'une étape du Tour, trois jours après avoir échoué derrière Mollema, à Quillan. Une juste récompense pour un coureur rarement sous les feux des projecteurs alors que sa carte de visite renseigne tout de même deux Top 10 au classement final du Giro.

L'équipe du jour

Intermarché-Wanty Gobert, considéré comme le Petit Poucet du WorldTour a envoyé deux de ses hommes à l'avant, Rota et Bakelants. Si les 8e et 10 rangs respectifs peuvent paraître décevants, l'équipe binchoise a démontré qu'elle méritait sa place et ne se trouvait pas sur ce Tour pour y assurer des échappées publicitaires. Au général, la 15e position de Meintjes demeure appréciable.

Le Belge du jour

A 35 ans, Jan Bakelants s'est rappelé au bon souvenir de tous sur le Tour, huit ans après sa victoire à Ajaccio, le maillot jaune en prime pendant deux jours. Désormais capitaine de route chez Wanty, « Sterke Jan » a montré l'exemple, témoignant à la fois de sa lucidité et de sa récupération à ce stade de la course.

L'attaquant du jour

Si Mark Cavendish impressionne depuis le départ et semble en mesure de franchir la montagne pour rejoindre Paris, Michael Matthew a confirmé qu'il restait à l'affût dans l'optique du maillot vert. A l'attaque, l'Australien a empoché de précieux points, pour afficher un total de 242 unités, 37 de moins que le Cav' (279).

Le chiffre du jour

10. Arrivée de cette 16e journée, Saint-Gaudens figurait aussi sur la carte du Tour 2011, départ de la 14e étape vers le Plateau de Beille. Voici dix ans déjà que Jelle Vanendert s'imposait au sommet devant Samuel Sanchez, Andy Schleck, Cadel Evans et Rigoberto Uran !

16. La dernière victoire d'un Autrichien au Tour de France remontait à 16 ans. C'est au terme de la 14e étape du Tour 2005 que Georg Totschnig avait levé les bras, à Ax-3 Domaines, dans les Pyrénées. Le coureur de la formation Gerolsteiner avait terminé seul, gardant près d'une minute d'avance sur Lance Armstrong.

L'image du jour

Photo News

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous