Accueil Culture Cinéma

Implosion à vif dans une fureur hilarante

Trois cinéastes hurlent leur colère de façon radicale et sens de l’absurde. Cela donne trois œuvres surréalistes surgissant du cyclone social.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Le monde est un fameux bordel où l’être humain ordinaire se sent balle de kicker projetée contre des obstacles sans y voir la logique, le sens. Et cela, sans faire référence à la pandémie et ses règles imposées. La compétition cannoise s’en fait le reflet à travers trois regards, trois approches, trois films pas anodins du tout. En bref, trois coups de gueule. L’Israélien Nadav Lapid avec Le genou d’Alep, la Française Catherine Corsini dans La fracture et le Russe Kirill Serebrennikov avec La fièvre de Petrov, tous dans une fureur hilarante, prennent à pleine main la réalité de leur pays et dévissent face à l’avalanche de dysfonctionnements qui régit plutôt mal la société. Si chaque film a bien une identité propre, les trois s’appuient sur une approche surréaliste et le sens de l’absurde pour mieux dénoncer ce qui les fait hurler.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs