Le Royaume-Uni va interdire les camions polluants pour 2040

Le ministère des Transports explique dans un communiqué que son objectif est que l'ensemble des transports soit neutre en carbone d'ici 2050, comme le prévoit la loi pour l'ensemble du pays.

Le Premier ministre Boris Johnson avait déjà décidé d'avancer à 2030, contre 2040 prévu jusque-là, l'interdiction de la vente des nouvelles voitures et camionnettes à essence et diesel. 

Désormais, les camions à essence et diesel de plus de 26 tonnes seront bannis à partir de 2040. Pour ceux qui pèsent entre 3,5 et 26 tonnes, ce sera en 2035.

En outre, la flotte de 40.000 voitures et camionnettes des services du gouvernement va être entièrement électrique d'ici 2027, soit trois ans plus tôt que prévu.

Pour le transport aérien, le gouvernement se donne pour objectif d'atteindre la neutralité carbone pour les vols intérieurs et tous les aéroports en Angleterre d'ici 2040, et pour les vols internationaux en 2050.

"C'est un grand défi, il n'y pas de doute là-dessus", a prévenu le ministre des Transports Grant Shapps sur Sky News.

"Il s'agit des changements les plus profonds que nous ayons jamais vu dans notre réseau de transport", selon lui.

Les engagements environnementaux du Royaume-Uni sont d'autant plus scrutés que le pays va organiser en novembre la conférence sur le climat, la COP26, à Glasgow en Ecosse.

L'organisation patronale CBI a salué les mesures, mais prévenu qu'elles doivent être "accompagnées de plans crédibles pour accélérer le développement de technologies propres comme l'hydrogène et les carburants pour l'aviation respectueux de l'environnement".

Matthew Fell, l'un de ses dirigeants, a ajouté que le pays doit se doter d'infrastructures de grande ampleur pour les points de recharge destinés aux véhicules électriques.

Plus critique, Greenpeace regrette que la vision du gouvernement "semble encore limitée au transport routier".

Sur l'aviation, atteindre les objectifs "grâce seulement aux avancées technologiques est un très grand pari", selon Doug Parr, un responsable de l'ONG.

"Tout le monde sera content si cela arrive, mais nous avons besoin d'un mécanisme pour réduire les émissions si ces avancées ne se matérialisent pas", a-t-il réclamé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous