Accueil Sports Cyclisme Tour de France

Pogacar au sommet de son art, plus jaune que jamais: ce qu’il faut retenir de la 17e étape du Tour de France (vidéo)

Plus indigeste que la veille, le plat du jour s’annonçait particulièrement lourd et ramassé avec trois cols à gravir en moins de 65 kilomètres, plus la moindre portion plane à partir de Bagnères-de-Luchon.

Temps de lecture: 3 min

Une longue échappée pouvait-elle aller à son terme ou les favoris allaient-ils se découvrir, certains lorgnant encore un joli succès d’étape ?

Quatre fuyards prenaient rapidement le large – Pöstleberger, Perez, Godon et Van Poppel – rejoints par un duo français – Chevalier et Turgis – pour former l’offensive du jour. Ces hommes bénéficiaient d’une certaine bienveillance du peloton même si Pogacar demandait à ses équipiers de prendre les choses en main dans l’ascension de Peyresourde.

Si le groupe de tête demeurait groupé au sommet de ce premier col, Perez démarrait sur les pentes de Val Louron-Azet pour basculer seul, rejoint par son compatriote Godon au pied du juge de paix, le Col du Portet, 16 bornes à 8,7 % de moyenne. Reparti en solitaire, Perez s’avouait vaincu à huit bornes du but suite à l’accélération de Pogacar au sein du groupe des favoris.

En patron, le Slovène en remettait une couche, seuls Vingegaard et Carapaz s’accrochant dans son sillage. Le jeune Danois assurait même sa part de relais, serein. Conscient d’incarner le podium provisoire, le trio repoussait les autres ténors à près d’une minute, avant de lever le pied.

Le final se révélait toutefois de toute beauté, Vingegaard ne pouvait suivre le démarrage de Carapaz mais revenait à 200 m de la ligne. Le jump final de Pogacar mettait cependant tout le monde d’accord : la victoire du jour et le maillot jaune appartiennent au meilleur coureur de ce Tour !

Au sommet de son art, il accroît encore sa marge de sécurité sur ses plus proches rivaux, Vingegaard et Caparaz, séparés par 4 secondes à peine.

L’homme du jour

Tadej Pogacar ne s’est pas contenté de gérer et de défendre. Il a demandé à ses troupes d’assurer le rythme avant de passer lui-même à l’offensive. Il a certes dû patienter jusqu’au sprint final pour sortir de sa roue ses ultimes rivaux, mais le chef de file de la formation UAE Emirates a mis les choses au point : une victoire au sommet et un maillot jaune consolidé, en patron.

L’équipe du jour

Bahrain-Victorious continue d’impressionner collectivement. Outre la tête du classement par équipes, elle compte deux succès (Teuns et Mohoric), Wout Poels porte le maillot à pois et Sonny Colbrelli peut prétendre au titre de coureur le plus combatif du Tour. Quant au classement général, Pello Bilbao y pointe au 10e rang,

Le Belge du jour

Dylan Teuns a décroché une belle place au sein du Top 10 à Saint-Lary-Soulan, aux côtés des meilleurs dans l’escalade finale, pour couper la ligne en même temps que Higuita et Uran. La confirmation que le Limbourgeois gère parfaitement ses efforts sur Tour, désormais 1er Belge du classement général, au 16e rang.

Le battu du jour

Si l’on s’attache au podium provisoire, Rigoberto Uran fait inévitablement figure de battu du jour. Incapable de hausser le rythme pour accompagner Pogacar, le Colombien accuse plus d’une minute et demie de retard sur Carapaz. Même si on le sait supérieur à l’Equatorien contre le chrono, l’écart semble peu évident à combler.

Le chiffre du jour

4. Les Français n’ont pas réussi à lever les bras pour célébrer leur fête nationale ce 14 juillet. Voici quatre ans, Warren Barguil avait connu davantage de réussite en l’emportant à Foix. Au terme de la 13e étape du Tour 2017, il avait réglé un sprint à quatre devant Quintana, Contador et Landa.

L’image du jour

Le trio de tête de cette étape, et sans doute le podium à Paris

CYCLING-FRANCE_

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Tour de France

Binche et le Tour de France: l’histoire d’amour est désormais sérieuse

Comme pressenti depuis plusieurs semaines, Binche sera la ville départ, le jeudi 7 juillet 2022, de la 6e étape du prochain Tour de France. Amaury Sport Organisation (ASO), société qui gère la Grande Boucle, l’a annoncé jeudi au Palais des Congrès de Paris lors de la présentation de la 109e édition du principal rendez-vous cycliste de la saison.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir