Accueil Société

Le météorologue: «Une grosse goutte froide déstabilise notre climat» (infographie)

Bientôt l’accalmie ? Denis Collard, le météorologue de la RTBF, le prévoit pour ce week-end mais ce jeudi sera la journée de tous les dangers.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

Denis Collard, « le » Monsieur Météo des chaînes radio de la RTBF, est aux premières loges pour observer le phénomène cataclysmique qui noie le sud du sillon Sambre-et-Meuse. Cataclysmique ? Sur le coup de 18h30, il égrène pour nous les données de pluviosité des 24 dernières heures : zéro litre/m2 en Flandre, 4 à Bruxelles, 5 à Soignies, 35 dans le Brabant wallon et à Namur mais 63 litres aux lacs de l’Eau d’heure, 70 à Wellin, 73 à Bastogne, 90 à Saint-Vith… Au moment de boucler ces lignes, le même Saint-Vith affichait déjà 30 litres de plus, sur les 24 dernières heures toujours. Et ce n’était pas fini…

C’est l’été semble-t-il… Que se passe-t-il ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Dubuisson Yvan, jeudi 15 juillet 2021, 17:57

    Selon la théorie du réchauffement climatique, réchauffement qui est indéniable, ces gouttes froides devraient justement disparaître, c'est d'ailleurs mentionné dans l'article. Beaucoup feraient donc bien de faire preuve d'humilité et de dire qu'ils ne savent pas au lieu de faire croire que tout va s'arranger si on roule à vélo et que l'on mange vegan...

  • Posté par Howdare You, vendredi 16 juillet 2021, 12:02

    Nul ne conteste l'augmentation du CO2, qui par ailleurs a contribué à une augmentation de la végétation sur terre. Ce qui est moins sûr, c'est le lien qui est fait entre cette augmentation et les événements exceptionnels. Le dernier rapport du GIEC (AR5) disait que si les modèles prédisent une telle augmentation, cela n'a pas pu encore être observée statistiquement. L'attribution des événements exceptionnels au réchauffement et au CO2 sont compréhensibles émotionnellement mais ne relèvent pas de la science.

  • Posté par Esquenet Alexandre, vendredi 16 juillet 2021, 4:33

    @Howdare You: On sait très bien mesurer le CO2, il était de 332 ppm quand je suis né, il est à 420 ppm. Allumez votre cierge pour en rajouter un peu.

  • Posté par Howdare You, jeudi 15 juillet 2021, 21:03

    Avant , quand il y avait des événements météorologiques inédits, on brûlait des cierges et on faisait des processions. Aujourd'hui, s'il pleut trop s'il fait trop sec s'il neige, s'il ne neige pas s'il fait trop chaud, trop froid, une et une seule réponse : le réchauffement, euh non le dérèglement climatique... bref une hypothèse non falsifiable comme le devrait être toute théorie...

  • Posté par Esquenet Alexandre, jeudi 15 juillet 2021, 18:25

    Vous ignorez bien entendu ce qu'il dis juste avant: Juste un exemple : en 2018, la Masbourg, du côté de Saint-Hubert, est sortie de son lit. Nous n’avions jamais vu ça et nous pensions que nous ne le reverrions pas de sitôt. Trois ans après, c’est reparti… Je constate qu’en plein été nous sommes face à une perturbation « qui n’en finit pas ». C’est différent de ces orages estivaux qui créent des crues soudaines de quelques heures qui retombent aussi vite.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs