WRC: Thierry Neuville espère être «rapide» au Rallye d’Estonie qui débute ce soir

PHOTONEWS_10930861-135
Photo News

Le Rallye d’Estonie s’ouvre jeudi soir par une spéciale de 1,64km à Tartu. Cette 7e manche du championnat du monde des rallyes WRC s’étend sur quatre jours, au lieu de trois l’an dernier, et Thierry Neuville (Hyundai i20) compte bien se rattraper de son abandon au Kenya le mois dernier.

Le pilote germanophone pointe à la troisième place du classement mondial avec 77 points pour 99 au Gallois Elfyn Evans et 133 au Français Sebastien Ogier, leader, tous les deux sur Toyota Yaris.

Vainqueurs des quatre dernières manches du Championnat du monde des rallyes (WRC) et de cinq des six épreuves disputées en 2021, les pilotes Toyota abordent en effet en bonne position face à Ott Tänak, chez lui et 4e au général, ce Rallye d’Estonie.

Les Hyundai sont souvent plus rapides mais elles manquent de fiabilité : des problèmes de suspension ont privé Tänak ou Thierry Neuville de la victoire lors des trois derniers rallyes

« Nous avons consacré la courte période écoulée depuis le Kenya (fin juin) à passer en revue les problèmes rencontrés », a assuré le patron de Huyndaï Andrea Adamo. Toutefois, « il n’y a pas beaucoup que nous puissions faire dans ce laps de temps, mais nous nous rendons en Estonie avec un haut niveau de motivation et la détermination de montrer ce dont nous sommes capables. »

« C’est un rallye plutôt rapide, avec des larges routes et beaucoup de sauts », a commenté Thierry Neuville. « C’est un grand défi pour nous avec quelques ajustements et les conseils de Ott, j’espère être rapide, au moins autant que nous ne l’avons déjà été cette saison ».

Au total, vingt-quatre spéciales totalisant 324,16 km sont au programme du « plus grand événement de sport automobile des pays baltes », ont précisé les organisateurs.

Vendredi, la première étape sera centrée autour d’Otepää, généralement considérée comme la capitale hivernale de l’Estonie. Dans le sud du pays, une double boucle composée d’Arula (12,68 km), Otepää (17,05 km) et son spectaculaire saut d’Alaküla, Kanepi (16,54 km) et Kambja (17,85 km) attend les concurrents avec un passage à l’assistance à mi-journée.

Le samedi réservera quatre spéciales inédites et difficiles pour la plus longue étape du week-end avec 132,18 km contre la montre.

Le format sera similaire à la veille avec deux boucles identiques parcourues le matin et l’après-midi. Celles-ci s’ouvriront par le plus long test de l’épreuve, Peipsääre (23,63 km), puis Mustvee (12,28 km) au nord de Tartu avant d’enchaîner sur Raanitsa (22,76 km) et Vastsemõisa (6,70 km) au sud. La journée se terminera par un dernier passage dans la super-spéciale de Tartu (1,64 km) déjà vue jeudi soir.

Six secteurs chronométrés cumulant 52,10 km composeront l’étape décisive dimanche. Neeruti (7,82 km) et Elva (11,72 km), tracées au sud de la ville hôte, seront suivies de Tartu vald (6,51 km). Les trois seront empruntées par deux fois, la dernière citée étant aussi le théâtre de la Power Stage avant son arrivée dans le parc d’assistance immédiatement suivie du podium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous