Coronavirus - Le site liégeois de Mithra va produire le traitement contre le Covid de la biotech ExeVir

Exevir Bio est une spin-off du VIB (Vlaams Instituut voor Biotechnologie) de l'UGent créée sur la base des découvertes de deux professeurs. Ils ont développé, à partir d'anticorps de petites tailles de lama, des NanobodiesTM qui empêchent le virus du Covid-19 de rentrer dans les cellules humaines. Ce candidat-médicament a pour vocation d'agir en complément des vaccins, en traitement ou en prévention.

En mars dernier, le VIB annonçait que l'anticorps Covid-19 développé par ses chercheurs se montrait efficace pour tous les nouveaux variants du SRAS-CoV-2.

Celui-ci "présente potentiellement un plus grand spectre d'action et une efficacité contre un large éventail de coronavirus (neutralisation des pan-sarbécovirus). Des données précliniques montrent que l'anticorps XVR011 est efficace contre le virus SARS-CoV-2, mais également contre tous les variants qui se propagent rapidement. Les données récentes générées par ExeVir démontrent une forte capacité de neutralisation in vitro des variants Delta et Gamma", soulignent les deux partenaires.

ExeVir et Mithra, entreprise liégeoise spécialisée dans la santé féminine, vont donc collaborer pour la production de ce traitement. Cela passera par l'accélération du développement clinique du nouvel anticorps dérivé du lama. La production du produit candidat d'ExeVir se fera dans une nouvelle unité (Injectables) de la plateforme CDMO de R&D et de production de Mithra située à Flémalle.

Cette dernière offre une large gamme de services allant du développement complet de médicaments aux lots cliniques, en passant par la production commerciale de comprimés hormonaux et de produits complexes à base de polymères (anneaux vaginaux, implants), détaille Mithra. Depuis ce mois de juillet, l'installation dispose également d'une nouvelle unité de production entièrement dédié à une production "fill & finish" de produits injectables liquides complexes et de produits biologiques, tant en flacons qu'en seringues préremplies ou en cartouches.

Selon les termes de la collaboration, la biotech liégeoise cotée en Bourse sera responsable de remplir des activités de logistique et de production, en ce compris le remplissage de la substance médicamenteuse en vue de répondre aux besoins en approvisionnement clinique et commercial.

Exevir avait clôturé en mars dernier une levée de fonds de 50 millions de dollars, ce qui lui a permis d'accélérer le développement de l'anticorps XVR011.

Selon le journal De Tijd, l'intention est de suivre 27 patients dans une première étude mais, en raison du nombre relativement faible d'admissions à l'hôpital, il n'est pas évident de trouver rapidement des patients qui remplissent toutes les conditions. 

Dans son étude, ExeVir mesurera l'effet chez les patients hospitalisés chez qui le virus est relativement bénin. Dans une deuxième étude, la biotech vise 250 patients. Parallèlement, la société se prépare à étendre l'étude, entre autres, au Royaume-Uni et à l'Italie, où les taux d'infection augmentent rapidement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous