Accueil

L’évangéliaire

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Les plats de reliure de l’évangéliaire représentent sans doute la plus belle pièce de l’ensemble. Par les matériaux utilisés (or, pierres précieuses et nielle, qui est un sulfure métallique de couleur noire qui inclut du cuivre, de l’argent, parfois du borax et du plomb) mais aussi par les techniques employées comme l’estampage, la ciselure, le niellage, le filigrane, l’insertion des pierres.

Le bas de cette reliure est une prouesse technique, rarement utilisée, où s’entremêlent les fils d’or et d’argent travaillés à la pince en courbes et entrelacs afin d’accentuer l’effet de relief. Hugo d’Oignies a fait preuve d’une grande créativité pour ces éléments naturalistes (scènes de chasse, nature luxuriante, grappes de vigne).

Sur la frange gauche, Hugo s’est représenté. Sa signature est également visible (Hugo scripsit). La méticulosité de ce travail est certainement une marque de fabrique d’Hugo, par ailleurs enlumineur au prieuré d’Oignies.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs