Accueil Sports

Eddy Merckx y avait découvert la pression

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Cela ressemble à un rendez-vous amoureux qu’on n’a pas honoré avec la ponctualité et la passion qu’il méritait pourtant. Quelques lettres dans un agenda de 1964, comme un code vaguement secret pas totalement déchiffré, une parenthèse qu’on laisse ouverte, à tout hasard… En se remémorant les JO de Tokyo, cinquante-sept ans plus tard, Eddy Merckx sourit doucement mais le verbe du Cannibale s’accélère, trahissant des regrets que le plus grand champion cycliste de tous les temps ne pourra jamais totalement effacer, malgré le temps qui lisse les émotions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs