Accueil Monde États-Unis

Les réseaux sociaux «tuent», selon Joe Biden

Le président américain Joe Biden a accusé vendredi les grands opérateurs de réseaux sociaux de « tuer des gens » en laissant circuler les fausses informations sur les vaccins.

Temps de lecture: 2 min

Le président américain Joe Biden a accusé vendredi les grands opérateurs de réseaux sociaux de « tuer des gens » en laissant circuler les fausses informations sur les vaccins, au moment où les Etats-Unis tâchent de relancer une campagne de vaccination qui patine.

« Ils tuent des gens. La seule pandémie que nous avons touche des personnes qui ne sont pas vaccinées. Ils tuent des gens », a-t-il répondu à une question sur ce qu’était son message à destination de groupes tels que Facebook, alors qu’il s’apprêtait à quitter la Maison Blanche en hélicoptère.

.

« Le message qui nous parvient est clair : on commence à assister à une pandémie des non vaccinés », a lancé vendredi Rochelle Walensky, la directrice des Centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC), la principale agence fédérale de santé publique, lors d’une conférence de presse.

Au cours des sept derniers jours, les Etats-Unis ont recensé quotidiennement 27.800 nouveaux cas en moyenne (en hausse de 64 % par rapport à la semaine précédente), 2.890 hospitalisations (+36 %) et 223 morts (+38 %).

Cette recrudescence de la maladie est alimentée par le variant Delta, qui représente désormais plus de 80 % des nouveaux cas, selon le site spécialisé cov-spectrum. Les vaccins actuellement disponibles aux Etats-Unis, de Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson, restent très efficaces pour s’en protéger, mais la campagne de vaccination a beaucoup ralenti ces dernières semaines dans le pays.

L’objectif fixé par Joe Biden que 70 % des adultes aient reçu au moins une dose du vaccin au 4 juillet, le jour de la fête nationale, n’a pas été atteint. Ce taux plafonne 12 jours plus tard à 68 %.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Stenuit Fernand, lundi 19 juillet 2021, 22:13

    LES Réseaux (sociaux?) sont un appel aux urluberlus qui se goinfrent de fausses nouvelles . Les non-vaccinés sont des tètes de mules qui pensent à tort qu' ètre vacciné , c'est bon pour les autres. Biden a raison , puisque le vaccin existe ,il faut l'utiliser.

  • Posté par Mauer Marc, samedi 17 juillet 2021, 18:04

    @ Thiebaut Alain : d’accord sur l’effet comptoir de troquet, avec une différence colossale avec les réseaux sociaux : dans un bar ils avaient la capacité à contaminer 3/4 personnes le temps d’un apéro, maintenant les contaminés sont en nombre illimité

  • Posté par Mauer Marc, samedi 17 juillet 2021, 18:04

    @ Thiebaut Alain : d’accord sur l’effet comptoir de troquet, avec une différence colossale avec les réseaux sociaux : dans un bar ils avaient la capacité à contaminer 3/4 personnes le temps d’un apéro, maintenant les contaminés sont en nombre illimité

  • Posté par massacry olivier, samedi 17 juillet 2021, 12:11

    Etonnant que leur adeptes ne viennent défendre leur causes, alors qu'habituellement ils sont si prompt à nous partager tel ou tel tweet, étude facebook ou vidéo d'odysée?

  • Posté par Pech Armand, samedi 17 juillet 2021, 10:16

    Le fond du problème n'est pas les réseaux sociaux. C'est leur gratuité. En effet, leur mode de financement est la publicité. Du coup, 1° ils cherchent à accrocher les gens, en suscitant leurs émotions réactives, d'où les algorithmes pervers qui privilégient les avis extrêmes. 2° Ils vendent du temps de cerveau aux annonceurs, et ce cerveau ne doit surtout pas être critique si on veut que la pub fasse vendre. 3° Quand c'est gratuir, on ne respecte pas. – Or, le phénomène ne date pas des facebook et al. C'est la télé qui a mis en place ce système. Plus la télé est devenue dépendante de la publicité, plus le niveau intellectuel a baissé. Souvenez-vous de la différence entre RTB et RTL, entre Antenne2 et TF1. Voyez la BBC et Arte aujourd'hui : pas de pub = meilleur niveau. On ne laisse plus un expert développer une pensée complexe : ça doit tenir en trente secondes. Et les pseudo-journalistes intervieweurs s'empressent de couper leurs invités pour presser sur ce qui est conflictuel. – En remontant, en analysant la publicité depuis ses origines, au XIXe s., c'est elle qui encourage depuis toujours la bêtise et l'émotionnel contre la réflexion et l'esprit critique, l'expéditif contre le lent. – Solution ? Abolir la pub. Ou, au moins, créer des réseaux de service public, payants, comme on avait naguère nos communications télé (-vision, -phone, -graphe).

Plus de commentaires

Aussi en USA

Perquisition chez Trump: ce que l’on sait

Le domicile de l’ancien président des Etats-Unis a fait l’objet d’une perquisition spectaculaire du FBI ce lundi. Il reste cependant de nombreuses inconnues quant aux circonstances et aux motivations derrière cette perquisition.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une