Accueil Opinions Éditos

Le rôle du politique: protéger les gens, pas les partis

Crise sanitaire, question des signes convictionnels, inondations. Le monde politique doit arriver à gérer les défis.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Saurons-nous faire face à la situation dantesque, anxiogène et si douloureuse à laquelle le pays a été confronté ces derniers jours ? « Nous » ? Ceux et celles qui sont « en charge », qui doivent panser les plaies, réparer les dégâts et en même temps proposer des pistes pour l’avenir. Tirer les conclusions de l’événement, comme on dit.

Le monde politique a été mis à rude épreuve depuis des mois : arriver à gérer des défis inédits sans tomber dans la polémique politicienne et électoraliste. Prendre de la hauteur, en menant un débat de contenu, avec humilité, intelligence et surtout le sens des responsabilités et de la gravité du moment. A deux reprises hélas, on se doit de constater la tentation de l’échec. Et la troisième est en germe…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Dumoulin André, jeudi 22 juillet 2021, 20:51

    François Gemenne est un chercheur politologue, spécialiste des flux migratoires. Il n'est pas climatologue au sens propre (sciences naturelles). Style d'écriture et d'interventions plutôt militants avec une part importante d'idéologisme. La nuance n'est pas toujours au rendez-vous.

  • Posté par Weissenberg André, lundi 19 juillet 2021, 10:49

    Justement, il s'agit de science. Mais François Gemenne est le premier à faire preuve de climatisme - ainsi que vous-même - en imputant à contre-courant, si j'ose dire, la responsabilité de ce phénomène météorologique de dépression stationnaire au changement climatique. Lisez Le Point! Il reproduit le diagramme des météorologues allemands dessinant la combinaison entre goutte froide et dépression stationnaire bloquée par des anticyclones sur un relief accidenté pour expliquer le phénomène météorologique qui a frappé une bonne partie de l'Europe du nord la semaine passée. Quant aux conséquences catastrophiques du phénomène, à nouveau, le changement climatique a bon dos! C'est l'aménagement du territoire aberrant depuis plus de 30 ans qui est en cause, et les remèdes apportés aux épiphénomènes (rectification des tracés des cours d'eau, bétonisation des berges, artificialisation des surfaces) qui se retournent contre leurs promoteurs communaux et régionaux avides de rentrées financières ...

  • Posté par collin liliane, lundi 19 juillet 2021, 10:12

    Il suffit d'aller sur un site tel que "Pays les plus gros pollueurs du monde : classement 202" pour comprendre que la "prise de décisions fortes et courageuses" pour le climat dans un pays tel que la Belgique ne peut être que dérisoire par rapport à la pollution engendrée dans le monde.

  • Posté par Oscar Pascal , lundi 19 juillet 2021, 21:13

    La Belgique, un petit village en Chine, en Inde, au Pakistan, au Brésil, aux États-Unis, la liste est trop longue. Mais avec 6 gouvernements, 9 ministres de la santé, 4 de l'(I'm) mobilité, 4 de l'environnement, la liste est trop longue. Namur - Anvers, 110 kilomètres, 3 frontières avec des lois, décrets, réglementations, droits et devoirs différents, la liste est trop longue

  • Posté par Robin Stéphane, lundi 19 juillet 2021, 17:43

    Ah... Quel bel état d'esprit et quelle belle philosophie : Puisque de toute façon on ne pèse rien et que notre action n'aura que peu de d'impact, allons-y gaiement ! A ce rythme-là, consacrons le budget de la défense militaire à améliorer l'enseignement et la recherche, puisque de toute façon on se fera écraser en deux temps trois mouvement en cas de conflit. Savez-vous qu'on est jugé sur ses actes, que le respect s'inspire et que l'admiration se suscite ? Pas dans vos valeurs, dirait-on... Continuez vos Edito Madame Delvaux, ils sont bien plus inspirants que certains commentaires.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs