Accueil Le Projet Pegasus

Projet Pegasus: des journalistes hongrois ciblés

Szabolcs Panyi est un des deux journalistes de « Direkt36 » dont les téléphones ont été ciblés. Il livre ici son témoignage, écrit à la première personne.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

J’ai commencé à me dire que les choses prenaient peut-être une mauvaise tournure en Hongrie lorsque, en 2015, un de mes collègues, qui est aussi un ami très proche, m’a pris à part pour me confier qu’une des agences nationales de sécurité avait, pendant des mois, tenté de rassembler des informations compromettantes sur lui en le plaçant sous surveillance. Le but était de le forcer à collaborer et à révéler ses sources. Des méthodes qui rappellent celles qui étaient en usage avant 1989…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Lombard Fernande, lundi 19 juillet 2021, 19:54

    "...des journalistes jouaient le jeu de la CIA. Surtout les journalistes qui enquêtaient sur la corruption au plus haut niveau du pouvoir, sur l’agenda incroyablement pro-Kremlin du gouvernement Orban et sur les espions russes qui se promènent en toute tranquillité en Hongrie..." . . . . Où est le problème si la CIA est partie prenante ?...

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 19 juillet 2021, 22:07

    On a redécouvert l’eau chaude: Budapest est un nid d’espions. Ca a toujours été un nid d’espions. C’est le carrefour de l’Europe centrale. Déjà du temps de la Guerre froide, c’était l’endroit où les espions des deux camps se croisaient. Les espions occidentaux s’y promènent en toute tranquillité aussi. Mais les Hongrois savent très bien ce qu’ils font: ils ont toujours joué sur ça.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 19 juillet 2021, 20:50

    Nulle part, puisque ça arrive partout et tout le temps. Mais il faut distraire « à toutes bonnes fins ». De fait, beaucoup d’Etats ne sont pas clients de cette société… car ils ont déjà leurs propres outils.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 19 juillet 2021, 16:37

    C’est quand même extraordinaire, cette obsession sur la Hongrie. Des milliers de gens espionnés dans le monde, dont 2 présumés en Hongrie. Et tout un article pro domo. Mais en Belgique, zéro. Comme par hasard.

  • Posté par Lombard Fernande, lundi 19 juillet 2021, 14:47

    Si les journalistes hongrois sont ciblés, c'est totalement démocratique, même Joé est d'accord...

Plus de commentaires

Aussi en Le Projet Pegasus

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs