Accueil Monde France

France: un corps décapité, potentiellement celui d’un mineur de 13 ans, découvert

L’auteur présumé de cet homicide a été tué dans la nuit par un policier dans cette même ville, a-t-on appris lundi auprès du parquet.

Temps de lecture: 2 min

Un corps décapité, potentiellement celui d’un mineur de 13 ans, a été découvert dimanche soir à Tarascon (Bouches-du-Rhône, sud de la France), et l’auteur présumé de cet homicide a été tué dans la nuit par un policier dans cette même ville, a-t-on appris lundi auprès du parquet.

Le corps décapité et la tête de la victime ont été découverts vers 23 h 30 dimanche soir dans un appartement de Tarascon, a précisé Laurent Gumbau, le procureur de la République de cette ville de 15.000 habitants sur les bords du Rhône.

« C’est dans le cadre de la disparition de ce mineur de son foyer marseillais, quelques jours auparavant, que les enquêteurs ont été amenés à s’intéresser à cet appartement », a-t-il souligné.

« Le corps retrouvé peut correspondre à celui de ce mineur », a ajouté M. Gumbau, en soulignant que si des « traces d’érosion » – lambeaux de chair arrachés – ont été constatées sur le cadavre, notamment au niveau d’une épaule, il est « impossible dans l’état actuel des faits de confirmer l’hypothèse de l’anthropophagie ».

Pas encore de lien formel

Après avoir pris la fuite par les toits, selon le témoignage du voisinage, le locataire de l’appartement, un homme de 32 ans « connu pour des troubles psychiatriques » et déjà condamné pour des faits de violence, a été repéré dans Tarascon trois heures plus tard et touché par le tir d’un policier, un adjoint de sécurité.

A priori atteint d’une seule balle, cet homme, « auteur putatif » de l’homicide sur la personne retrouvée dans son appartement, a succombé à sa blessure vers 3 h 30 du matin lundi, a précisé le procureur de Tarascon, en soulignant qu’« a priori il n’était pas armé » quand il a été visé.

Dans l’attente de l’autopsie des deux corps, un lien formel ne peut pas encore être établi entre la victime retrouvée dans l’appartement de Tarascon et le locataire de celui-ci, a insisté M. Gumbau.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire et l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie à la suite du tir mortel du policier.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Louis Bruno, lundi 19 juillet 2021, 17:32

    C'est vrai que ce sont les déséquilibrés en liberté qui sont les plus dangereux. Voyez Napoléon, Hitler, Staline...Trump et j'en passe.

  • Posté par Raurif Michel, lundi 19 juillet 2021, 16:36

    Madame Collin, avez -vous pensé à tous ces ministres, sénateurs et députés qu'ils auraient lieu d'enfermer ?

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 19 juillet 2021, 15:15

    Une fois de plus, ce qui me frappe chez les policiers français, c'est leur incapacité à neutraliser les suspects, par exemple en tirant dans les jambes. Difficile après d'interroger les suspects.

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, lundi 19 juillet 2021, 11:54

    Douce France, cher pays de mon enfance

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 19 juillet 2021, 11:23

    "un homme de 32 ans « connu pour des troubles psychiatriques » et déjà condamné pour des faits de violence..." Mais bon Dieu, que faisit-il en liberté? C'est loin d'être le seul cas en France, pourtant...

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une