Accueil Belgique Politique

Grève des sans papiers: Ecolo et le PS menacent de quitter le gouvernement en cas de décès, le MR réagit

Sur le plan politique, un nouveau cap vient d’être franchi.

Temps de lecture: 2 min

La situation des sans-papiers se détériore d’heure en heure. Ce matin, une petite dizaine d’entre eux ont été emmenés pour recevoir des soins, nous revient-il du terrain.

Sur le plan politique, un nouveau cap vient d’être franchi. Au bureau du Parti socialiste, qui se tenait ce matin, le vice-Premier socialiste, Pierre-Yves Dermagne, a indiqué qu’il avait averti le Premier ministre et les vice-Premiers qu’en cas de décès d’un sans-papiers, « les ministres et secrétaires d’Etat PS remettraient leur démission dans l’heure. »

Les socialistes demeurent insatisfaits de la manière dont cette crise est gérée. Hier soir, des ambulances ont été dépêchées sur les lieux de la grève, pour s’assurer qu’il n’y avait aucun risque de décès à très court terme. Aucun sans-papiers n’a alors accepté d’être emmené.

C’est la première fois depuis le début de la crise qu’un parti fait de cette grève une question de gouvernement. La question se posait jusqu’ici, sachant que la régularisation collective ne figure pas dans l’accord de majorité, et que les demandes socialistes et écologistes de solutions alternatives n’avaient pas été entendues.

On sait qu’Ecolo est également à la pointe du combat pour trouver une solution pour les sans-papiers. La question se posait donc de savoir si les Verts avaient aussi menacé de quitter la coalition. La réponse est positive. Le co-président du parti a indiqué dans un tweet que son parti « poserait des actes en pleine cohérence avec les propos. » Le porte-parole du parti nous confirme qu’il faut bien y voir une menace de démission.

Il nous est confirmé que les deux partis ont effectivement pris cette position en Conseil des ministres restreint.

Le MR réagit

Également membre de l’exécutif fédéral, le MR a réagi par la voix de son président de parti, Georges-Louis Bouchez. « Garder son sang froid ! La situation humaine est dramatique mais la grève de la faim n’est pas une méthode de négociation. Nos concitoyens nous attendent aux responsabilités, pas dans la surenchère. Il faut des solutions aussi face au COVID et suite aux inondations. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

38 Commentaires

  • Posté par Desmet Marc, lundi 19 juillet 2021, 21:16

    GLB et tous ses copains de droite et d'extrême droite sont responsables, ce sont EUX et leurs entreprises pourries qui emploient ces malheureux A TRES BAS PRIX de préférence en sous-traitance et souvent au noir. Il faut faire cracher durement ces patrons esclavagistes fraudeurs, idem pour les marchands de sommeil.

  • Posté par Delpierre Bernard, mardi 20 juillet 2021, 16:51

    Comme vous semblez en connaître un bout sur ces trafics éhontés , faites en donc profiter les services d'inspection compétents pour y mettre un terme .

  • Posté par Dubois Raymond, mardi 20 juillet 2021, 7:15

    Petit problème ... " les patrons esclavagistes et les marchands de sommeil " existent dans toutes les couches sociales et dans toutes les nationalités - OUVREZ LES YEUX -

  • Posté par LIENARD NORBERT, lundi 19 juillet 2021, 19:39

    Quelle indécence pff

  • Posté par Robin Stéphane, lundi 19 juillet 2021, 19:18

    Je ne remets pas en cause les décisions qui ont été prises par l'Office des Etrangers, ni les arguments de ceux qui s'insurgent contre ce chantage, et encore moins ceux qui trouvent irresponsable de la part de partis de risquer de plonger un pays fatigué et meurtri dans le chaos. Mais j'aimerais tout de même poser trois questions de fond : Pensez-vous que les grévistes simulent ? Si non, pouvez-vous expliquer dans quel état ils se trouvent pour préférer mourir que de quitter le territoire ? Etes-vous vraiment prêts à les laisser mourir sous vos yeux ?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une