ArcelorMittal peut produire de l'acier "durable" sur neuf sites européens, dont les belges

L'industrie sidérurgique est l'une des industries les plus énergivores, les hauts fourneaux étant responsables d'émissions considérables de CO2. Les investissements nécessaires pour rendre le processus de production durable se chiffrent en milliards. Mais le certificat donne au produit final un avantage supplémentaire sur un marché où la conscience sociale est de plus en plus forte.

Trois clusters d'ArcelorMittal Europe sont autorisés à attribuer la certification à leurs produits à partir de mardi. Outre la Belgique, les filiales allemande et luxembourgeoise de l'entreprise sont également éligibles. Au Luxembourg, cela concerne les sites de Belval, Differdange et Rodange, et en Allemagne, ceux de Brême et Eisenhüttenstadt. Elles sont les neuf premières aciéries au monde à respecter les normes "ResponsibleSteel".

Pour recevoir cette certification, chaque site doit subir un audit indépendant. ArcelorMittal a travaillé avec l'auditeur international AFNOR et sa filiale allemande GUTcert. Douze principes sont testés par rapport à un certain nombre d'exigences.

Outre une série de normes visant à lutter contre le changement climatique et les émissions de gaz à effet de serre, le respect de la gestion de l'eau et de la biodiversité est également pris en compte. Les entreprises qui souhaitent obtenir la certification doivent également respecter les droits de l'Homme et du travail, entretenir de bonnes relations avec la communauté locale et faire preuve d'intégrité commerciale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous