Olivier Collette: transmettre les émotions des grands compositeurs

Olivier Collette: transmettre les émotions des grands compositeurs

Les musiciens de jazz ont toujours voulu s’attaquer au répertoire classique. En 1929, le guitariste Eddie Lang enregistrait en solo un Prélude de Rachmaninoff, en 1939 Benny Goodman jouait le Boléro de Ravel, en 1940 Art Tatum interprétait l’Elégie de Massenet et, en 1947, Les Brown reprenait le Danube bleu de Strauss avec son big band, et Jacques Loussier en a fait, des disques, en reprenant Bach. Et la semaine passée, je vous parlais du dernier Paul Lay, Full Solo, autour de Beethoven. Voici cette semaine le Classical Tribute du pianiste belge Olivier Collette. En trio avec Victor Foulon à la contrebasse et Daniel Jonkers à la batterie, il reprend un Liebestraum de Liszt, le Concerto 21 de Mozart, le Boléro de Ravel, l’Air du froid de Purcell, etc. Plus deux compositions personnelles et deux interventions de la pianiste Eliane Reyes, qui ouvre et ferme ce bel album. Cet « hommage aux grands compositeurs du passé dont les œuvres ont traversé les siècles et nous touchent encore aujourd’hui », comme dit Olivier Collette, est très touchant. Le trio partage généreusement les émotions de ces grands compositeurs et nous les rend, de ce fait, plus proches.

Heptone

Sur le même sujet
Arts, culture et spectacles
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous