Ineos demande un permis d'environnement pour un craqueur d'éthane dans le port d'Anvers

Au départ, Ineos ambitionnait de construire une nouvelle unité de déshydrogénation du propane (PDH) pour la production du propylène et, en parallèle, une unité de craquage pour produire de l'éthylène. Toutefois, le projet a suscité une levée de boucliers de la part de différentes organisations environnementales.

Si bien qu'Ineos a finalement décidé de faire marche arrière. Le géant de la chimie souhaite désormais s'en tenir à la construction du craqueur d'éthane dans le port d'Anvers. 

Un nouveau permis d'environnement a donc été introduit à cet effet, qui comprend un rapport sur la sécurité environnementale (OVR) ainsi qu'une évaluation sur les incidences environnementales pour toutes les étapes du projet (travaux préparatoires, construction et exploitation). 

Une fois que la province d'Anvers aura déclaré la demande recevable, la phase de consultation pourra démarrer, avec notamment l'enquête publique qui s'étalera sur trente jours.

Même sans l'unité PDH,  le chantier "Project One" devrait tout de même coûter plus de trois milliards d'euros, soit le plus gros investissement dans la chimie européenne de ces 25 dernières années, selon Ineos.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous