Accueil Société

Personnes disparues, pillages, foyers sans électricité ou eau potable... le bilan des inondations

On est sans nouvelle de 53 personnes. 31 ont perdu la vie dans les inondations qui ont frappé la Belgique

Temps de lecture: 5 min

Sur les 116 personnes toujours portées disparues ou injoignables, 63 ont montré signe de vie et 53 sont toujours portées disparues ou injoignables. 296 personnes portées disparues ont été retrouvées vivantes depuis le début des inondations. Actuellement, on dénombre 31 personnes décédées, dont 30 ont été officiellement identifiées, indique le Centre fédéral de crise dans son dernier bilan.

Les vérifications ne sont pas encore terminées et prendront encore plusieurs jours.

Électricité

Environ 10.000 foyers restent impactés par les dégâts liés aux intempéries tant sur le réseau gazier que sur le réseau électrique, indique RESA, l’opérateur principal des réseaux de distribution d’électricité et de gaz en province de Liège.

« C’est la première fois que les deux réseaux sont impactés de la sorte en même temps. C’est une catastrophe et nous n’avions jamais connu cela », indique d’emblée le directeur général de RESA, Gil Simon.

La réparation des réseaux de distribution se poursuit après les inondations meurtrières qui ont ravagé une partie de la Belgique et particulièrement la province de Liège. Un retour complet à la normale prendra du temps mais la situation évolue. « Au pic de la crise, nous avons comptabilisé près de 400 cabines électriques impactées pour 26.500 foyers. Au niveau du gaz, le premier bilan faisait état de 3.600 foyers affectés avant la sécurisation des lieux qui a porté le nombre à 6.500 habitations. Nous faisons face à des paysages apocalyptiques », ajoute le directeur général.

Un travail titanesque a depuis été pris en charge par les équipes de RESA. Au niveau de l’électricité, plusieurs opérations sont en cours, comme le nettoyage et la remise en état des cabines, les poses de groupes électrogènes à plusieurs endroits ou encore le remplacement de compteurs.

Ce mardi, quelque 10.000 foyers ainsi que 111 cabines étaient encore impactés. RESA espère la reconnexion des cas les plus critiques pour la fin du mois août.

En ce qui concerne le gaz, la reconstruction du réseau prendra plus de temps encore. Chaque installation doit être vérifiée et sécurisée. « Nous sommes passés tout près d’un drame encore plus important et nous purgeons toujours les conduites. Pour pouvoir tout reconstruire, il faudra également une coordination générale, car les chantiers sont liés à des aménagements d’infrastructures communales. Nous espérons un retour à la normale durant l’hiver », développe Gil Simon. Environ 10.500 foyers, dont 2.500 à Embourg, sont toujours privés de gaz.

De gros travaux attendent les équipes de RESA durant les prochains mois. Les kilomètres de réseau à reconstruire pour le réseau électrique sont estimés à 50 km, pour 7.500 compteurs à changer. Un coût qui s’élève à 20 millions d’euros, selon la première estimation. Pour le gaz, le coût grimperait à 45 millions d’euros avec 45km de conduites à remplacer. Une enveloppe qui correspond à l’équivalent d’un investissement d’un an sur l’ensemble des réseaux.

Isabelle Simonis, présidente du conseil d’administration de RESA, se dit solidaire avec les victimes et les équipes de terrain. Avec Gil Simon, ils ont mis en exergue la solidarité entre les gestionnaires de réseau de distribution. « ORES nous apportera une aide pour le réseau gazier alors que Sibelga (Bruxelles) et Fluvius (Anvers) en feront de même », précisent-ils. Enfin, des équipes administratives de RESA sillonneront les communes sinistrées pour répondre aux questions des citoyens.

Eau

1.650 foyers n’ont toujours pas accès à l’eau depuis leurs robinets, selon le dernier bilan de la Société wallonne des eaux (SWDE) communiqué mardi en fin de journée. Lundi, à la même heure, c’était 3.400 ménages qui faisaient face à ces problèmes d’eau, preuve que la situation évolue rapidement. Les problèmes à Pepinster pour les 150 foyers qui connaissent une coupure totale d’eau, restent inchangés.

La situation est à présent rétablie sur le village de Rivière (Profondeville) et dans la zone de Lustin bas en province de Liège, et à Floriffoux en ce qui concerne la région namuroise.

Les communes toujours concernées par une non-potabilité de l’eau sont toutes situées en province de Namur, avec Houyet (Celles), la partie haute de Dave, et Ham-sur-Sambre. La SWDE rappelle une nouvelle fois que l’eau déclarée non-potable ne peut pas être consommée, même bouillie.

Deux communes connaissent également encore des coupures ponctuelles, à savoir Profondeville (Bois de Villers) et Dison, où une fuite en cours de réparation perturbe l’alimentation de 50 foyers.

La SWDE prévient que dans les prochains jours, des incidents pourraient encore survenir sur son réseau de distribution dans les zones impactées par les inondations, mais qu’ils ne seront plus repris dans son actualisation régulière. Ces incidents pourront néanmoins être retrouvés sur le site web de la SWDE, dans la rubrique « votre commune ».

Enfin, la Société wallonne des eaux effectue des distributions de bouteilles d’eau pour les communes qui subissent encore des perturbations. Les habitants de Dave recevront de l’eau en porte-à-porte, et à Pepinster, des distributions seront effectuées dans les rues.

Télécommunications

La couverture du réseau dans les zones touchées a été rétablie par au moins un opérateur. Les services d’urgence peuvent être contactés, même si les habitants rencontrent des problèmes sur leur propre réseau.

Les différents opérateurs travaillent à rétablir le plus rapidement possible le réseau dans les zones impactées. Une couverture minimale est assurée pour permettre aux habitants des zones touchées de téléphoner et de surfer, même si c’est une vitesse réduite.

Pillages

Plusieurs communes notamment dans les provinces de Liège et de Namur subissent des pillages. A Esneux, la bourgmestre Laura Iker a même fait appel à l’armée. A Trooz, Chaudfontaine, les autorités locales ont dû faire appel à des sociétés privées.

Le gouvernement de la province de Namur a mis en garde les pilleurs. Le parquet appliquera la tolérance zéro.

À lire aussi Le bourgmestre de Hamoir: «Les zones inondables, ça n’intéresse pas beaucoup les politiques»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Stinglhamber Xavier, mercredi 21 juillet 2021, 8:35

    L'homme peut être un agneau pour l'homme (on l'a constaté avec les très nombreux gestes d'aide et de solidarité), mais aussi un loup pour l'homme (ces lamentables scènes de pillage) ..!

  • Posté par Mauer Marc, mercredi 21 juillet 2021, 8:02

    Le pillage … la note la plus lamentable à côté de comportements si beaux et exemplaires. A vomir

  • Posté par RENARD Michaël, mercredi 21 juillet 2021, 7:40

    Tolérance zéro pour les pilleurs. Manquerait plus qu'ils aient des circonstances atténuantes.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko