Au Liban, les familles dépensent cinq fois le salaire minimum pour se nourrir (étude)

Depuis le début de la crise à l'automne 2019, la monnaie locale a perdu plus de 90% de sa valeur par rapport au dollar sur le marché noir, faisant fondre le pouvoir d'achat et propulsant les prix à des pics inédits.

"Le budget d'un ménage alloué uniquement à la nourriture est d'environ cinq fois le salaire minimum", a estimé mercredi l'Observatoire de la crise de l'Université américaine de Beyrouth en se basant sur les prix moyens atteints en juillet. Hormis les dépenses d'eau, d'électricité et de gaz domestique, également en forte hausse en raison d'une levée partielle des subventions, une famille de cinq personnes dépense aujourd'hui plus de 3,5 millions de livres libanaises par mois pour la nourriture, a indiqué l'Observatoire.

Le salaire minimum au Liban s'élève 675.000 livres. Cela représentait auparavant 450 dollars par mois mais à peine 30 dollars aujourd'hui. Plus de la moitié de la population vit aujourd'hui sous le seuil de pauvreté.

Selon l'Observatoire, le coût des aliments a bondi de 700% au cours des deux dernières années, et pourrait augmenter davantage alors que les prix ne cessent de battre des records. "Le prix d'un panier alimentaire de base a augmenté de plus de 50% en moins d'un mois", indique l'étude.

La situation est "très, très alarmante", a mis en garde le chef de l'Observatoire, Nasser Yassine. "Nous assistons désormais à une augmentation exponentielle (des prix) sur une courte période de temps", a-t-il dit à l'AFP. La flambée actuelle des prix découle de la chute record de la livre mais serait aussi liée aux craintes des commerçants de perdre leurs marges dans un contexte de forte volatilité, explique-t-il.

Le Liban a progressivement cessé de subventionner plusieurs produits de base ces dernières semaines, faisant bondir les prix du carburant et des médicaments.

À court de devises étrangères, le pays peine à importer suffisamment de fioul pour faire fonctionner ses centrales électriques, provoquant des rationnements de courant pouvant atteindre 23 heures par jour.

L'effondrement général est accentué par l'inertie des dirigeants, le pays étant sans gouvernement depuis onze mois.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous