Accueil Société

Inondations et identification des portés disparus: un travail à durée incertaine

Suite aux inondations en Wallonie, les services de police sont sur le terrain pour identifier les personnes présumées disparues. Un travail d’équipe entre différents services dont la durée peut varier.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Une semaine difficile en cache une autre. Suite aux inondations qui ont submergé le sud du pays, la cellule des personnes disparues de la police fédérale et le Disaster victim identification (DVI) de la police technique et scientifique sont dépêchés sur le terrain pour identifier les personnes portées disparues.

Une opération d’envergure pour Alain Remue, commissaire de la cellule des personnes disparues. « Les recherches s’étendent sur une zone immense. C’est du jamais vu », se désole-t-il. Difficile ainsi d’estimer la durée de ces opérations, qui pourraient « prendre plusieurs semaines comme plusieurs mois ». Difficile également de déterminer « un type » de personnes disparues. Selon lui, « dans ce genre de catastrophe, ça peut toucher n’importe qui ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs