Scènes de chaos à Mykonos suite à l’explosion des contaminations

Scènes de chaos à Mykonos suite à l’explosion des contaminations

L’île de Mykonos a été partiellement verrouillée le week-end dernier à la suite de l’explosion du nombre de cas de personnes infectées par le coronavirus. Des touristes, désireux de quitter l’île, ont fait la file pendant plusieurs heures pour obtenir un test PCR. Certains ont d’ailleurs raté leur vol suite à cette attente.

1 test sur 10 ressort positif, menant à ce que l’hôtel prévu pour les quarantaines soit plein à craquer.

La Grèce a imposé samedi un couvre-feu de cinq heures et d’autres restrictions sur l’île touristique de Mykonos, connue pour ses nuits festives, en raison d’une hausse « inquiétante » des contaminations au covid, ont annoncé les autorités.

Outre un couvre-feu entre 1 h et 6 h, les mesures prévoient une interdiction de toute musique, 24 h/24, à compter du 26 juillet, selon un communiqué du vice-ministre à la Protection civile, Nikos Hardalias.

« Nous appelons les habitants, les visiteurs et les commerçants de notre belle île à appliquer fidèlement les mesures (…) afin que la dissémination du virus puisse être rapidement contrôlée et que Mykonos puisse revenir à la normale », déclare M. Hardalias.

Mykonos est l’une des principales destinations touristiques en Grèce et ses plages pittoresques ainsi que sa vie nocturne animée attirent des centaines de milliers de visiteurs chaque année, dont de nombreuses célébrités. Le maire de l’île Konstantinos Koukas est scandalisé. « La seule chose que les mesures garantiront, c’est que les visiteurs de Mykonos iront sur d’autres îles », a-t-il écrit sur Facebook.

Mais récemment le nombre croissant de fêtes clandestines dans les villas de l’île a inquiété les autorités grecques.

Le 15 juillet, M. Hardalias avait averti que le nombre de cas actifs sur l’île de Mykonos avait quadruplé en une semaine, dépassant les 300.

Il a expliqué samedi que les organisateurs de rassemblements privés de plus de 20 personnes risquaient des amendes allant jusqu’à 200.000 euros.

La Grèce connaît ces derniers jours une progression régulière des contaminations, en grande partie liées au variant delta, plus contagieux. Près de 2.700 nouveaux cas ont été enregistrés vendredi dans le pays, contre moins de 400 trois semaines auparavant.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous