Le port de Zeebrugge en légère croissance

Le trafic roll-on/roll-off a aussi augmenté, de 13,8%, en raison d'une capacité accrue sur ce segment à la suite du Brexit. "En raison des formalités liées au Brexit, plusieurs trafics ont été effectués directement avec l'Irlande. Les armateurs ont augmenté la capacité sur ces lignes pour répondre à la demande", analyse-t-on au port de Zeebrugge.

Autre conséquence du Brexit, un début d'année un peu plus lent pour le trafic roll-on/roll-off avec le Royaume-Uni. Les volumes étaient déjà revenus à la normale à la fin du premier trimestre et cette tendance à la baisse s'est poursuivie au deuxième trimestre, engendrant un recul de 1,7% sur l'ensemble des six premiers mois de l'année.

Le nombre de nouveaux véhicules traités est en hausse de près de 21%. Malgré cette belle progression, le nombre absolu (1,2 million de véhicules) ne revient pas encore à son niveau d'avant-crise (1,5 million environ). Cela s'explique notamment par une pénurie mondiale de certaines pièces. 

Les conteneurs traités ont augmenté de près de 19%, à 10,2 millions de tonnes par rapport aux 8,6 millions du premier semestre 2020. Le vrac liquide par contre a baissé de 27,7% sur la même période, à 6,4 millions de tonnes. Ce recul s'explique par la forte demande en gaz naturel (GNL) qui avait marqué les six premiers mois de 2020. "Nous nous attendions à cette baise. Nous savons que cela sera quasi impossible de faire aussi bien que l'an dernier pour le GNL", a commenté le CEO, Tom Hautekiet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous