Robbing Millions: dense, riche et joyeusement néopsychédélique

Robbing Millions: dense, riche et joyeusement néopsychédélique

Il y a cinq ans paraissait le premier album éponyme du groupe de Lucien Fraipont. Après une belle tournée (passée dès 2014 par La Nuit du Soir), chacun s’en va s’occuper à diverses activités. Lucien se retrouve seul avec des dizaines de nouvelles compos qu’il finit par envoyer à Shags Chamberlain, membre de Ash Ra Temple, mais aussi musicien occasionnel pour Charli XCX ou mixeur de Mac DeMarco. Shags adore ce qu’il entend et lors d’un passage à Bruxelles, se met à bosser sur les chansons de Lucien avant de s’en retourner à LA où les compères terminent le disque qui arrive aux oreilles d’Andrew VanWyngarden de MGMT, qui justement cherche un premier groupe à signer sur leur nouveau label new-yorkais. Ce n’est pas moins de dix-huit titres qui finalement se retrouvent ici, dans un faux foutoir bordélique néopsychédélique. Guitares et synthés se marient à merveille tout en laissant même de la place à des voix féminines, un violon et un violoncelle. C’est dense, c’est riche, traduisant l’esprit à la fois pop et expérimental qui, de fait, avec ses airs jazzy, a tout pour plaire à MGMT.

MGMT-PIAS.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous