Andrew von Oeyen: un flamboyant disque de récital

Andrew von Oeyen: un flamboyant disque de récital

« Peut-être plus que tout autre compositeur, Bach donne le sens le plus clair de l’ordre dans un monde chaotique. Il a été mon ancre musicale pendant le premier confinement, mais pendant le deuxième, je suis passé à Beethoven, prêt à jeter l’ancre et à braver la tempête en compagnie de sonates du XIXe siècle robustes et indestructibles. Les périodes de crise, aussi destructrices qu’elles puissent être, peuvent conduire au renouveau et à la découverte. »

Inspiré par cette première année de pandémie, le pianiste américain Andrew von Oeyen livre un flamboyant disque de récital, qui mêle l’Ouverture à la française BWV 831 en huit mouvements de Bach, les arrangements par Wilhelm Kempff de deux mouvements écrits par Bach pour la flûte ainsi que les Sonates pour piano nº 13 en mi bémol et nº 23 en fa mineur Appassionata de Beethoven.

Un disque alliant force, précision, caractère, mais aussi délicatesse dans une multitude d’atmosphères se déployant d’une pièce à l’autre. On est séduit par la fougue de von Oeyen, et par cette proposition pleine d’une énergie salvatrice qui revigore.

Warner Classics

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous