Accueil Belgique

Un nouveau Cinquantenaire pour le bicentenaire

2030 fait figure de deadline opérationnelle plutôt que de fil rouge pour la refonte du site. Un comité de pilotage a été constitué, pour explorer un maximum d’idées.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Réfléchir à l’avenir du Cinquantenaire, c’est tenter de transformer une trentaine d’hectares assez unanimement décrits comme peu lisibles, peu accessibles, vieillots et en mauvais état, en un outil permettant l’appropriation de l’histoire et la construction de l’avenir. Thomas Dermine a réuni des profils très différents au sein du comité de pilotage placé sous la direction de Paul Dujardin. On y retrouve bien sûr les responsables des différents « occupants » – les Musées royaux d’Art et d’Histoire, de l’Armée et d’Histoire militaire et l’Institut royal du patrimoine artistique. Mais aussi Caroline Pauwels, rectrice de la VUB, Marius Gilbert, vice-recteur à la recherche de l’ULB, Laurent Hublet, cofondateur de Be Central, Didier Viviers, secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique… Ou encore Hadja Lahbib, en charge de la candidature de Bruxelles au titre de capitale culturelle européenne 2030, un projet à relier au bicentenaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs