Accueil Société

Inondations: à Court-Saint-Etienne, l’eau détruit les rêves d’urbanisation

En quelques heures, les autorités communales, qui croyaient maîtriser les trois cours d’eau traversant leur entité, ont vu s’effondrer leur rêve de croissance tranquille. Et c’est le plus modeste d’entre eux, l’Orne, qui s’est transformé en flots furieux. De quoi remettre en question la politique immobilière des prochaines années ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Avec ses friches industrielles progressivement transformées en logements sociaux ou appartements de luxe, son bassin d’orage prudemment installé près de la Dyle, ses champs et ses bois encore intacts de l’autre côté de la nationale, Court-Saint-Etienne se croyait à l’abri, prête à accueillir, dans les années à venir, plus de 10.000 habitants supplémentaires qui s’ajouteront aux quelque 400.000 « semi-ruraux » et « semi-urbains » que compte aujourd’hui l’ensemble de la vallée de la Dyle, de Genappe jusque Louvain-la-Neuve. Et bien non : en quelques heures, le bourgmestre Goblet d’Aviela, qui croyait maîtriser les trois cours d’eau traversant sa commune, a vu s’effondrer son rêve de croissance tranquille.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Bauduin Dominique, mercredi 28 juillet 2021, 15:22

    C'est aberrant de construire encore et encore de nouveaux logements, en zone inondable... . L'agriculture intensive, qui laisse des champs à perte de vue, sans haie ni végétation pour retenir l'eau, combinée à la destruction des forêts, des haies et des zones humides sauvages conduits à ces situations catastrophiques d'inondations. Avec le réchauffement climatique, les fortes pluies vont en plus augmenter en fréquence et en intensité...

  • Posté par Pasquarelli Rita, dimanche 25 juillet 2021, 10:59

    Quel article partisan!

  • Posté par NIHOUL LUC, dimanche 25 juillet 2021, 8:38

    Saturation des champs "compactés" par une agriculture chimique intensive + urbanisation irréfléchie = diminution drastique de la capacité d'absorption des sols. Il y aurait moyen de réfléchir de façon globale afin de mieux répartir habitat et lieux de travail (idéalement proches l'un de l'autre, ça diminuerait aussi la nécessité d'infrastructures routières importantes et le kilométrage moyen par habitant). Il est quand même étonnant de voir dans certains cas que des zones ont été inondées alors qu'elles ne l'ont jamais été auparavant, même proches de certains cours d'eau. C'est l'urbanisation à outrance autour (en amont bien souvent) de ces centres historiques qui provoque ces inondations. Je pourrais vous mettre des exemples de plusieurs projets dans ma commune. Celui que je connais le mieux est un projet sur une zone humide habritant une faune et flore exceptionnelles. Cette zone est un terrain de fond enclavé par 5 rues. Les fonds de jardin des habitations de ces 5 rues sont déjà fort humides en temps normal, un peu inondés en temps de pluie. Mais pas les maisons. Imaginez ce que cela donnera si le projet passe (projet combiné Thomas&Piron avec Colruyt pour la construction d'un lotissement de 40 maisons et d'une grande surface avec 140 places de parking, le tout sur moins de 3ha). En cas de (fortes) pluies, toute l'eau va inonder les jardins environnants (et certaines maisons) pour finalement se retrouver dans l'Eau d'Heure qui ne sera pas capable d'absorber encore plus d'eau : débordements à prévoir ! Et ce n'est qu'un projet parmi des centaines sur la Wallonie. Regardez par exemple la N5 entre Loverval et Tarciennes : des centaines d'hectares de verdure ont été (et seront encore) sacrifiés pour des centres commerciaux et de l'habitat. Il est temps d'arrêter tout cela, de se poser et de réfléchir à long terme.

  • Posté par Scaillet Fabian, dimanche 25 juillet 2021, 22:47

    Je suis bien d'accord avec vous. Je peux comprendre que tout un chacun puisse vouloir son « chez soi », mais je ne comprends pas que l'on construise autant et ce au détriment des espaces verts qui, il est vrai, ne rapportent pas autant aux communes que toutes les taxes diverses qu'une maison engendre. Mais l'argent reste malheureusement une priorité pour beaucoup. Repenser l'urbanisation ne sera pas une éventualité mais un vrai besoin. Bien à vous.

  • Posté par Morgenthal Jean-Claude, samedi 24 juillet 2021, 19:51

    Bon Dieu ! Quelle ineptie de vouloir , malgré tout construire à cet endroit et quelle imbécilité de vouloir acheter une maison la bas. --La bêtise humaine est sans limite.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs